Les Rroms sont, à l’origine, un peuple parti du Nord de l’Inde il y a 1000 ans ! Ils ont migré vers le Proche-Orient puis l’Europe. Certains se sont sédentarisés, en particulier en Europe de l’Est. D’autres sont devenus des nomades. Ces derniers sont connus en France sous les noms de Manouche, Gitans, Bohémiens, Tsiganes …

« Nous nous occupions des Tsiganes français jusqu’à ce que s’installent, à côté des terrains qui leurs sont officiellement alloués, d’autres Rroms vivant dans le plus grand dénuement », explique Alain Fourest de Rencontres Tsiganes. « Ceux-là viennent d’Europe de l’Est et des Balkans (fuyant le racisme, la guerre du Kosovo ou tout simplement la pauvreté), depuis une dizaine d’année », explique Marc Durand de la Ligue des droits de l’homme d’Aix-en-Provence.

« Au départ il s’agissait surtout de s’informer mutuellement sur l’origine, le nombre, et la raison de l’arrivée en France de ces Rroms », raconte Alain Fourest. Entre 1500 et 2000 dans le département, les Rroms migrants n’ont quasiment aucun moyen de travailler légalement. « Ils n’ont rien inventé, l’économie souterraine existait bien avant eux à Marseille », rappelle Alain Fourest. Sans travail, sans aides sociales, sans couverture médicale, ils sont sans cesse menacés d’expulsion de leurs squats, voire de France, bien qu’ils soient aujourd’hui citoyens européens.

Les Rroms venus de l’Est, ne sont pas des nomades, ils veulent parfois s’installer définitivement. « Mais les difficultés sont telles qu’un sur cent réussi ! Il leur faut une patience d’ange ! » s’exclame Alain Fourest. Leurs conditions de vie sont tellement dégradées que même si « aucun cas de tuberculose n’a été diagnostiqué à Marseille, l’apparition d’une épidémie est un risque réel », met en garde Sophie Beau, coordinatrice administrative pour le centre d’accueil de soins et d’orientations de Médecins sans frontières.

Face à une situation aussi dramatiques, les membres des associations ont mené leur action apportant soutient moral, médical, légal et matériel aux Rroms. « Nous sommes arrivés aux limites de notre action humanitaire, nous devons nous tourner vers une action plus politique », affirme Alain Fourest. Les municipales approchant, le moment semble idéal pour mettre le problème sur la table. Or, il n’en est rien. « Ce serait faire le lit du Front national. Un candidat qui veut virer les Rroms de Marseille gagnera plus de voix que s’il annonce vouloir les garder », assure, amère, Fathi Bouaroua de la Fondation Abbé Pierre.

Seule solution envisageable pour le groupe d’associations : poursuivre l’action humanitaire quitte à s’aventurer dans l’illégalité. « Nous pouvons établir dans les squats existants le minimum vital : installer un ou plusieurs mobil home et des sanitaires », explique Fathi Bouaroua. « Nous resterons sur une position illégale mais aisément défendable devant les tribunaux. Il s’agit d’assistance à personnes en danger. »

Julie Chaudier (Marseille Bondy Blog)

Julie Chaudier

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021