La famille Drouin-Seyglard habite à Bondy au dessus du bureau de vote numéros 12, dans un appartement de fonction, au dessus de l’école Léo Lagrange, à deux pas du siège local de l’UMP : « où on fait la fête tous les jours depuis un certain temps  », m’affirme Thomas, l’homme de la maison. Cette fratrie est très puissante dans Bondy, pour la simple et bonne raison que Thomas est le seul informaticien du comté à pouvoir résoudre les cas les plus désespérés, ceux que peuvent créer parfois Windows ou notre stupidité quand on est un coutumier du matos informatique. Thomas a fait des miracles la fois quand mon frère a eu l’idée très originale de mettre de l’huile d’olive sur son processeur pour en atténuer le bruit. Chaque dimanche donc, des bataillons entiers d’handicapés de la souris viennent faire la queue chez les Drouin-Seyglard pour résoudre leurs petits soucis numériques. Malgré ce rush, la famille composée de la maman institutrice, du Bill Gates local, de Fabien le petit dernier qui vote pour la première fois cette année et qui consacre un moment pour aller rendre visite aux urnes, « mais vraiment par conscience citoyenne, parce que j’habite à exactement 10 secondes du bureau de vote. A 5 minutes, je me serais sans doute posé la question », me confie Thomas dans un mélange de… de rien du tout.

Que pense-t-il de la campagne législative ? « Ah parce qu’il y a eu une campagne ?, s’il y a une élection qui donne l’impression de ne servir à rien c’est bien celle-là ». Son frère partage le même avis : « je suis toutes les élections depuis que je suis plus ou moins jeune, celle-là donne l’impression d’être la troisième mi-temps des présidentielles ». Les amis de Thomas, habitués du dimanche, chantent tous sur le même tempo : « si tu savais comme je m’en bats le coquillard de ces élections  », « c’est un fief de gauche ici, une place au chaud pour Guigou, c’est du tout cuit pour elle, pourquoi j’irai voter ?  », « ça va vachement changer ma vie, ah ça alors ! C’est sûr…  ». Le discours clamant que le fort taux de participation du 22 avril dernier est un second souffle pour nos institutions a toute sa place chez Thomas… quelque part dans le cagibi. Je les laisse au moment où la famille s’en va voter. Le bureau de vote me fait penser à un jardin zen japonais où à une rue déserte dans un vieux western, tellement il est épuré de ce genre de petits détails que sont les gens qui votent. Malgré le discours de leurs amis et le peu d’enchantement pour ces élections, toute la famille s’est portée volontaire pour le dépouillement.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022