Les élections se suivent et ne se ressemblent pas. La rue a voté et c’est l’heure de faire le bilan. Lors des dernières législatives de 2007 environ 39% des Français ne s’étaient pas déplacés pour participer au scrutin. Pour le premier tour qui vient de s’achever, 42,5% des électeurs se sont abstenus. Un record depuis 1988.

L’abstention a été importante, notamment chez les jeunes. La moitié d’entre nous aurait passé son dimanche à éviter soigneusement le bureau de vote. La faute, dit-on,  à une élection réduite à un simple appel à soutenir le nouveau président, afin de lui offrir la majorité à l’Assemblée. Le mauvais temps aurait aussi joué, sans parler des parachutages malheureux de certains candidats qui n’ont pas grandement inspiré nombre d’électeurs.

Parmi les faits marquants de ce premier tour, la défaite de quelques personnalités. Rama Yade est éliminée du second tour dans les Hauts-de-Seine. Quant-à Jean-Luc Mélenchon venu sur les terres de Marine Le Pen défier le Front National à Hénin-Beaumont, il est lui aussi battu et sévèrement. La présidente du FN récolte 42,5% des voix presque le double du leader du Front de Gauche.

Il faut tout de même noter la percée importante des candidats du FDG dans certaines terres acquises à d’autres partis. Dans la sixième circonscription de Seine-et-Marne, s’il n’est pas présent au second tour, Guillaume Quercy, candidat à Meaux et dans les communes alentours, fait sept fois le score des candidats d’extrême-gauche de 2007, soit 7, 92 % des votes.

Le Front de gauche arrive également en tête dans quelques circonscriptions, notamment en Seine-Saint-Denis, et peut espérer entre 13 et 19 sièges à l’Assemblée. Mais malgré la progression de l’extrême gauche, là aussi, la comparaison ne tient pas fasse au FN, même si l’extrême droite aura certainement moins de députés. Avec 13,6% des suffrages, Le Front National fait deux fois mieux que son ennemi politique juré. Il est présent au second tour dans 61 circonscriptions. Il y aura aussi peut-être deux Le Pen à l’Assemblée : Marion, 22 ans, petite fille du fondateur du FN, arrive en tête dans le Vaucluse.

Pour le reste, ce premier tour n’a pas donné lieu a de grandes surprises. Dans de nombreuses villes, le round suivant donnera lieu à un duel UMP contre PS ou contre un des alliés du parti présidentiel. La gauche, tous partis confondus, arrive en tête du scrutin en totalisant 46,77% des voix. L’UMP et ses alliées en comptabilisent 34,07%.

L’UMP et le PS n’auront pas la même stratégie dans les triangulaires impliquant le FN. Martine Aubry a appelé au «désistement républicain» entre les deux partis. L’UMP se maintiendra partout où c’est possible selon les mots de Jean-François Copé. Reste que pour l’heure la gauche a de bonnes chances d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée.

A noter également pour clôturer le bilan de ce premier tour : Razzy hammadi, l’un des candidats « diversité » promu par PS, arrive en tête dans la circonscription Bagnolet-Montreuil. Il a donc de très bonnes chances de devenir député dimanche prochain.

Dolores Bakla

A l’exception notable de Rama Yade, tous les ex-ministres ou les ministres actuels ont de bonnes chances d’être réélus. Marie-Arlette Carlotti,  ministre déléguée aux Personnes handicapées est la plus menacée du gouvernement Ayrault, dans sa circonscription des Bouches du Rhône encore très ancrée à droite.

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021