« La Seine-Saint-Denis est hors-normes. » Voilà comment Edouard Philippe a débuté son discours, ce jeudi 31 octobre à la préfecture de Bobigny. Il est peu de dire que le plan qu’il est venu annoncer aux élus du département, lui, est loin d’être hors-normes. Le Premier ministre a détaillé 23 mesures pour le département destinées à endiguer l’inégalité républicaine dont souffre la Seine-Saint-Denis, tel que l’avaient établi les députés François Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM) dans un rapport paru en mai 2018.

Première mesure annoncée, la mise en place d’une prime de fidélisation pour les fonctionnaires exerçant en Seine-Saint-Denis. Ceux-ci recevront une prime de 10 000 euros après cinq ans passés sur le territoire. Le plan recouvre également un certain nombre de créations de postes : 100 officiers de police judiciaire, 35 greffiers, 12 magistrats, 5 inspecteurs de l’action sociale et solidaires… Pas de quoi casser trois pattes à un canard déjà boiteux de longue date.

La liste des mesures :

Attractivité

  • Prime de fidélisation de 10 000€ après 5 ans passés comme fonctionnaire d’Etat dans le 93
  • Alignement des régimes indemnitaires des services déconcentrés sur les administrations centrales
  • Relogement de la sous-préfecture à Saint-Denis dans un nouveau bâtiment
  • Priorité aux fonctionnaires du 93 pour bénéficier de la bourse au logement des agents de l’Etat
  • Mise à disposition des cadres supérieurs de la fonction publique pour les jeunes fonctionnaires des corps d’inspection et de contrôle sur les missions prioritaires du gouvernement

Sécurité

  • Recrutement de 100 officiers de police judiciaire (50 en 2020, 50 en 2021)
  • Création de 2 nouveaux quartiers de reconquête républicaine (Saint-Ouen, La Courneuve) avec 50 nouveaux policiers mi-2020
  • Programmation prioritaire des projets de vidéosurveillance en Seine-Saint-Denis
  • Rénovation des commissariats d’Aulnay-sous-Bois et d’Epinay-sur-Seine

Education

  • Elargir la préprofessionnalisation des professeurs (passer de 200 à 500 postes)
  • Création des groupes d’appui éducatif localisé au niveau des 57 réseaux d’éducation prioritaire
  • Investissement de 20 millions d’euros pour aider au dédoublement des classes de CP/CE1
  • Extension du dispositif « Le Choix de l’école » à tout le département

Santé

  • Aide à l’installation des médecins en prenant en charge jusqu’à 100% de leur investissement
  • Doublement du nombre de maîtres de stages d’internes de médecine générale
  • Investissement de 10 millions d’euros pour mieux accueillir les publics fragiles
  • Rénovation des urgences de Montfermeil, de Montreuil et d’Aulnay-sous-Bois et de Ville-Evrard
  • Restructuration des hôpitaux du Raincy-Montfermeil, de Ville-Evrard et d’Avicenne
  • Création d’un groupement hospitalier et de santé
  • Installation de 6 équipements lourds (3 tomographes, 1 scanner, 2 IRM)

Justice

  • Recrutement de 35 greffiers et de 12 magistrats
  • Rénovation et extension du tribunal de grande instance de Bobigny
  • Circulaire de procédure pénale spécifique

Logement

  • Création de 5 postes d’inspecteur de l’action sanitaire et sociale

Sur la forme, le Premier ministre s’est distingué par une relative prudence, sinon une réelle ambiguïté. Sur la prime de fidélisation, il n’a pas dit grand-chose de ses modalités, si ce n’est qu’elle serait mise en place pour 10 ans et viserait en priorité les agents « en première ligne ». Pour le reste ? « Il y aura beaucoup de choses à discuter et à calibrer. ». Sur le recrutement d’officiers de police judiciaire, il a évoqué la possibilité d’ouvrir une session de formation à Saint-Denis. Sur la préprofessionnalisation – l’accompagnement d’étudiants de L2 pour qu’ils deviennent profs dans le département pendant au moins trois ans -, Edouard Philippe a dit que cela « pourrait » passer de 200 à 500 jeunes concernés. Beaucoup de conditionnel, donc, quand l’urgence sociale et politique imposait plutôt l’impératif.

Ilyes RAMDANI

Crédit photo : Capture d’écran/Compte Twitter du gouvernement

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021