« La Seine-Saint-Denis est hors-normes. » Voilà comment Edouard Philippe a débuté son discours, ce jeudi 31 octobre à la préfecture de Bobigny. Il est peu de dire que le plan qu’il est venu annoncer aux élus du département, lui, est loin d’être hors-normes. Le Premier ministre a détaillé 23 mesures pour le département destinées à endiguer l’inégalité républicaine dont souffre la Seine-Saint-Denis, tel que l’avaient établi les députés François Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM) dans un rapport paru en mai 2018.

Première mesure annoncée, la mise en place d’une prime de fidélisation pour les fonctionnaires exerçant en Seine-Saint-Denis. Ceux-ci recevront une prime de 10 000 euros après cinq ans passés sur le territoire. Le plan recouvre également un certain nombre de créations de postes : 100 officiers de police judiciaire, 35 greffiers, 12 magistrats, 5 inspecteurs de l’action sociale et solidaires… Pas de quoi casser trois pattes à un canard déjà boiteux de longue date.

La liste des mesures :

Attractivité

  • Prime de fidélisation de 10 000€ après 5 ans passés comme fonctionnaire d’Etat dans le 93
  • Alignement des régimes indemnitaires des services déconcentrés sur les administrations centrales
  • Relogement de la sous-préfecture à Saint-Denis dans un nouveau bâtiment
  • Priorité aux fonctionnaires du 93 pour bénéficier de la bourse au logement des agents de l’Etat
  • Mise à disposition des cadres supérieurs de la fonction publique pour les jeunes fonctionnaires des corps d’inspection et de contrôle sur les missions prioritaires du gouvernement

Sécurité

  • Recrutement de 100 officiers de police judiciaire (50 en 2020, 50 en 2021)
  • Création de 2 nouveaux quartiers de reconquête républicaine (Saint-Ouen, La Courneuve) avec 50 nouveaux policiers mi-2020
  • Programmation prioritaire des projets de vidéosurveillance en Seine-Saint-Denis
  • Rénovation des commissariats d’Aulnay-sous-Bois et d’Epinay-sur-Seine

Education

  • Elargir la préprofessionnalisation des professeurs (passer de 200 à 500 postes)
  • Création des groupes d’appui éducatif localisé au niveau des 57 réseaux d’éducation prioritaire
  • Investissement de 20 millions d’euros pour aider au dédoublement des classes de CP/CE1
  • Extension du dispositif « Le Choix de l’école » à tout le département

Santé

  • Aide à l’installation des médecins en prenant en charge jusqu’à 100% de leur investissement
  • Doublement du nombre de maîtres de stages d’internes de médecine générale
  • Investissement de 10 millions d’euros pour mieux accueillir les publics fragiles
  • Rénovation des urgences de Montfermeil, de Montreuil et d’Aulnay-sous-Bois et de Ville-Evrard
  • Restructuration des hôpitaux du Raincy-Montfermeil, de Ville-Evrard et d’Avicenne
  • Création d’un groupement hospitalier et de santé
  • Installation de 6 équipements lourds (3 tomographes, 1 scanner, 2 IRM)

Justice

  • Recrutement de 35 greffiers et de 12 magistrats
  • Rénovation et extension du tribunal de grande instance de Bobigny
  • Circulaire de procédure pénale spécifique

Logement

  • Création de 5 postes d’inspecteur de l’action sanitaire et sociale

Sur la forme, le Premier ministre s’est distingué par une relative prudence, sinon une réelle ambiguïté. Sur la prime de fidélisation, il n’a pas dit grand-chose de ses modalités, si ce n’est qu’elle serait mise en place pour 10 ans et viserait en priorité les agents « en première ligne ». Pour le reste ? « Il y aura beaucoup de choses à discuter et à calibrer. ». Sur le recrutement d’officiers de police judiciaire, il a évoqué la possibilité d’ouvrir une session de formation à Saint-Denis. Sur la préprofessionnalisation – l’accompagnement d’étudiants de L2 pour qu’ils deviennent profs dans le département pendant au moins trois ans -, Edouard Philippe a dit que cela « pourrait » passer de 200 à 500 jeunes concernés. Beaucoup de conditionnel, donc, quand l’urgence sociale et politique imposait plutôt l’impératif.

Ilyes RAMDANI

Crédit photo : Capture d’écran/Compte Twitter du gouvernement

Articles liés

  • Le maire et les Tilleuls : tension et répulsion

    Au Blanc-Mesnil, la réélection du maire (LR) Thierry Meignen dès le premier tour cache une autre réalité. Dans le quartier des Tilleuls, le ressentiment à l’égard de l’édile a laissé place à des affrontements, souvent violents, entre les soutiens de l’ancien maire communiste et ceux de son successeur de droite. Retour sur une campagne tendue.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 25/03/2020
  • Report du deuxième tour : « C’est peut-être un mal pour un bien »

    Après le report du second tour, les campagnes sont en stand-by. Les alliances, les fusions, la campagne de deuxième tour... Tout cela est reporté à quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Comment les candidats perçoivent-ils cet entre-deux tours le plus long de l'histoire, en pleine crise sanitaire ? Nous en avons sondé quelques-uns.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 18/03/2020
  • Dans le Val-d’Oise, la gauche résiste

    Les élections municipales ont offert quelques duels intéressants dans le Val-d'Oise à l'instar d'Argenteuil ou Sarcelles. Revue des points chauds du département, au lendemain de ce premier tour où, là aussi, la crise sanitaire et l'abstention restent les deux données majeures du scrutin.

    Par Audrey Pronesti
    Le 16/03/2020