Une lectrice relève dans son commentaire que ce blog n’est pas exempt de clichés « mi-larmoyants sur le sort des pauvres malheureux, mi-accusateurs sur l’ignoble nation française ». Assez d’accord avec elle, j’ai décidé de rendre visite à un élu du Front National – c’était un bon moyen, me semblait-il, de contrebalancer cette bien pensence par quelques autres clichés, cette fois mi-larmoyants sur les pauvres malheureux français de souche, mi-accusateurs sur les ignobles immigrés. Je vais à la Mairie, qui a son mur des élus (conseillers municipaux – législatif) comme d’autres ont leur mur des lamentations, et je cherche sur le trombinoscope les membres du FN. Il y en a quatre: Christian Sence, Alain Berteaux, André Gandillon et Jean-Christophe Griva (ou Jean-Philippe Griva? C’est sous ce nom qu’il apparaît dans la liste des conseillers municipaux sur le site de la mairie…). Je cherche ces Messieurs dans les pages blanches. Déception: seul Christian Sence y figure. Je l’appelle ce samedi à 12h30.

– Bonjour Monsieur, Sonia Arnal, je suis journaliste au magazine L’Hebdo, un hebdomadaire suisse. Comme vous le savez peut-être, nous avons un blog à Bondy depuis quelques mois. Je me suis dit que ce serait intéressant de rencontrer un élu de votre groupe pour avoir le point de vue du Front National sur les problèmes de Bondy, et avoir des renseignements sur les solutions que votre parti propose.

– Ah oui, je vois, euh oui, écoutez non, ça ne va pas être possible parce que je pars pour plusieurs mois à l’étranger.

– Oui, je comprends, mais là vous êtes encore à Bondy, je suis très disponible et j’aurais vraiment aimé vous rencontrez, alors je peux venir tout de suite, plus tard dans la journée ou demain, comme vous préférez.

– Non vraiment, je ne peux pas, je pars tout de suite. Alors pas avant plusieurs mois, je ne sais pas, disons trois ou quatre.

– Vous êtes élu au conseil municipal et vous quittez la France pour plusieurs mois, vous?

– …. (silence)

– J’ai cherché les numéros de téléphone de vos collègues du Front National, mais sans succès, peut-être sont-ils sur liste rouge?

– ….

– Vous pourriez me donner leurs coordonnées, que je les contacte? Ils restent en France dans les prochains mois, eux, sans doute?

– Non, ça ça ne va pas être possible non plus parce qu’ils sont malades, ou alors très fatigués, voilà, très fatigués.

– Vous voulez rire?

– Non, pas du tout, ils sont tous très fatigués. Voilà, au revoir.

Citoyens de Bondy qui vouliez la « sécurité » et la « prospérité » et avez voté pour le FN, sachez que vous avez élu un touriste et trois grabataires.

 

Par Sonia Arnal

 

P.S.: Messieurs du FN, si l’un d’entre vous se sent mieux, qu’il n’hésite pas à me contacter, je reste, sans rire, très intéressée par une rencontre.

Sonia Arnal

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021