Dernière ligne droite entre les gouttes de pluie. Je m’approche de la rue du gros caillou, adresse de la permanence UMP du 7ème arrondissement. Rachida Dati se présente comme tête de liste. Mais avant, petit arrêt au bar du même nom – au Gros caillou – pour prendre la température. Autour d’un plateau d’huitres et de bouteilles de blanc, des habitants sont venus « fêter la défaite de la gauche ».

La permanence UMP étant fermée, je retourne au bar m’abriter en vue de la prochaine averse. Accoudée au zinc, je continue ma conversation avec Valentine, une italienne de 25 qui habite le quartier depuis 7 mois, qui se réjouit qu’il y ait « beaucoup de femmes dans la vie politique parisienne, mais qui n’a pas voté ce dimanche ». « La seule candidate que je connaisse, c’est Rachida Dati, car elle est très médiatisée, ajoute-t-elle de son doux accent méditerranéen ». J’abandonne mon thé et continue de questionner les habitués du bar. Frédérique, 45 ans, professeurs des écoles, « La priorité est de rendre le logement accessible dans le 7ème aux foyers à revenus modestes ». Philippe, 59 ans, se sent en minorité en tant que militant de PS. Le 7ème arrondissement serait-il acquis à la droite ?

Un thé, et un coup de fil plus tard, je comprends que la permanence UMP restera close ce soir. Ombeline, jeune militante UMP, m’explique sur un ton jovial que Rachida Dati sera sur les plateaux télévisés vers 19h30 puis à la Mairie à partir de 21h30. Ca sent la victoire ! D’autant que je sais de source sûre que les petits fours ont été commandés pour ce soir.

Je joue alors ma dernière carte : la rue Solferino, le quartier général du PS. J’y rencontre un autre votant de gauche domicilié au 7ème, Morad, 36 ans, ingénieur dans l’informatique. Il me confie que lui non plus ne se fait « aucune illusion sur les résultats. Le 7ème, c’est un ghetto de droite. Ici, il y a beaucoup de gens qui n’ont pas connu la galère, poursuit-il et en réalité il n’y a pas de grande différence entre la gauche et la droite ». Je quitte ce militant désabusé et réussis à me faire une place en salle de presse et même à rencontrer Antoine Détourné, président du Mouvement des Jeunes Socialistes. « Dans le 7ème, Rachida Dati a peiné à s’imposer au sein même de son parti », analyse-t-il. Mais lui non plus ne parierait pas sur la candidate de son parti, Laurence Girard. Résultats ce soir… .

Bouchra Zeroual

 

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021