Dernière ligne droite entre les gouttes de pluie. Je m’approche de la rue du gros caillou, adresse de la permanence UMP du 7ème arrondissement. Rachida Dati se présente comme tête de liste. Mais avant, petit arrêt au bar du même nom – au Gros caillou – pour prendre la température. Autour d’un plateau d’huitres et de bouteilles de blanc, des habitants sont venus « fêter la défaite de la gauche ».

La permanence UMP étant fermée, je retourne au bar m’abriter en vue de la prochaine averse. Accoudée au zinc, je continue ma conversation avec Valentine, une italienne de 25 qui habite le quartier depuis 7 mois, qui se réjouit qu’il y ait « beaucoup de femmes dans la vie politique parisienne, mais qui n’a pas voté ce dimanche ». « La seule candidate que je connaisse, c’est Rachida Dati, car elle est très médiatisée, ajoute-t-elle de son doux accent méditerranéen ». J’abandonne mon thé et continue de questionner les habitués du bar. Frédérique, 45 ans, professeurs des écoles, « La priorité est de rendre le logement accessible dans le 7ème aux foyers à revenus modestes ». Philippe, 59 ans, se sent en minorité en tant que militant de PS. Le 7ème arrondissement serait-il acquis à la droite ?

Un thé, et un coup de fil plus tard, je comprends que la permanence UMP restera close ce soir. Ombeline, jeune militante UMP, m’explique sur un ton jovial que Rachida Dati sera sur les plateaux télévisés vers 19h30 puis à la Mairie à partir de 21h30. Ca sent la victoire ! D’autant que je sais de source sûre que les petits fours ont été commandés pour ce soir.

Je joue alors ma dernière carte : la rue Solferino, le quartier général du PS. J’y rencontre un autre votant de gauche domicilié au 7ème, Morad, 36 ans, ingénieur dans l’informatique. Il me confie que lui non plus ne se fait « aucune illusion sur les résultats. Le 7ème, c’est un ghetto de droite. Ici, il y a beaucoup de gens qui n’ont pas connu la galère, poursuit-il et en réalité il n’y a pas de grande différence entre la gauche et la droite ». Je quitte ce militant désabusé et réussis à me faire une place en salle de presse et même à rencontrer Antoine Détourné, président du Mouvement des Jeunes Socialistes. « Dans le 7ème, Rachida Dati a peiné à s’imposer au sein même de son parti », analyse-t-il. Mais lui non plus ne parierait pas sur la candidate de son parti, Laurence Girard. Résultats ce soir… .

Bouchra Zeroual

 

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021