Un vrai démocrate est quelqu’un qui se pose des questions naïves. Moi, par exemple, je me suis longtemps demandé pourquoi il était si difficile de pénétrer dans le quartier général de campagne de Nicolas Sarkozy, 18 rue d’Enghien, dans le Xe arrondissement de Paris. J’avais cru, à son ouverture, au début de l’année, qu’on y entrerait comme au café, pour y lire le journal, y piocher de la communication politique, y rencontrer Rachida Dati ou Xavier Bertrand, les porte-parole du candidat. Pour y refaire le monde dans une ambiance accueillante et décontractée. Tu parles! Le QG de Sarko ressemble à une citadelle imprenable, avec sas et vigiles.

Sarko se croit comme un général américain en Irak. En territoire hostile, il se protège. Il a déployé alentour une armada de policiers bien équipés. Mais qui craint-il ? L’ennemi du coin n’est pas un foudre de guerre. A l’angle de la rue d’Enghien on trouve la rue du Faubourg-Saint-Denis. Le territoire est musulman. Les boucheries sont toutes hallal, les boulangeries proposent du pain de semoule et les coiffeurs sont plus joviaux que les fonctionnaires de l’ANPE. Rien ne vaut un shampoing quand t’as pas de boulot. « Une coupe comment, mon frère ? – Une coupe bogosse. »

Les snipers ? Ils se cachent bien. Ici, c’est plutôt lapins et compagnie. Deux attitudes face aux flics : soit tu détalles, soit tu restes immobile. Il y a pas mal de clandestins dans le quartier, avec leur lot d’indics. Six euros le curry, c’est tout juste pas trop cher pour un type qui gagne moins que le smic au noir. Les restaus pakistanais ont dû perdre des clients depuis l’installation du QG de Sarko. En même temps, on voit mal la bleusaille chasser le clandé toute la journée. Le 18 de la rue d’Enghien est un local de campagne, pas un commissariat. Faut pas confondre la présidentielle avec la bataille d’Alger. Malgré cela, les policiers contrôlent le tout venant. Avec de la chance, en une prise ils font coup triple: dealer, drogué, sans papiers.

En vrai naïf, je me demande si le QG de Sarko ne préfigure pas le ministère de l’immigration et de l’identité nationale qu’il a en tête. Qu’est-ce que l’identité ? Qu’est-ce que la nation ? Quand cesse-t-on d’être un immigré ? La dialectique est ouverte. J’ajouterai : qu’est-ce qu’une pute ? Sitôt fini la rue du Faubourg-Saint-Denis commence la rue Saint-Denis, trouée d’abondance mammaire. Du racolage actif des flics on passe au racolage passif des prostituées.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022