Faima, 17 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. C’est un complot. Il aurait pu gagner les élections présidentielles de 2012. Sarkozy et son gouvernement sont capables d’avoir organisé un complot contre Dominique Strauss-Kahn. Lydia, 18 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. Je pense que Dominique Strauss-Kahn est capable d’avoir violé la femme de chambre du Sofitel. Mais je ne crois pas que ça change quoi que ce soit. Il a de l’argent et tout, il peut se débrouiller pour que ça s’oublie. Et les politiques en France continueront comme avant.

Julien et François, 17 ans, élèves au lycée Jean-Jacques Rousseau. On n’a pas vraiment d’avis sur l’affaire DSK. On ne s’y est pas vraiment intéressés… On ne pense pas que ça changera quoi que ce soit.

Leur ami, Mohamed, 18 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. C’est quand même bizarre cette histoire. Ça ressemble vraiment à un complot.

Scoty, 18 ans, élève au lycée de la Tourelle. C’est un coup monté par Sarkozy. Dès que la candidature de DSK pour la présidentielle a été quasiment sûre, il y a eu tout plein d’histoires, comme la Porsche, et là, la femme de chambre. Je pense que maintenant on va s’intéresser à ce que font les politiciens. On va apprendre qu’ils ont tous des sales histoires. Et cela quel que soit le parti politique. Ils sont tous pareils.

Ahmed, 18 ans, élève au lycée de la Tourelle. Il est millionnaire, il a sûrement dit à la femme de ménage « mets toi à quatre pattes ». Il croit qu’il peut faire tout ce qu’il veut.

Le boulanger du Pavé de Sarcelles, dans le village. Ça se fait pas, il a perdu la notion de la réalité. Certains politiques ne pourront peut-être plus agir comme ça en toute impunité, mais je pense que ça dépendra de leur position. Les plus puissants seront toujours protégés.

Françoise, 84 ans. J’ai toujours aimé Dominique Strauss-Kahn et je l’aimerai toujours. Et même s’il a vraiment violé la femme de ménage du Sofitel, je l’aime quand même. Je trouve que cette histoire est très malheureuse pour les politiques. On commence à s’intéresser à tout ce qu’ils font. Même si pour DSK ça ne pouvait pas rester caché, c’est exagéré. Je n’aime plus du tout les Etats-Unis, en tout cas au niveau judiciaire. Je suis vraiment déçue, parce que j’espérais voter pour DSK à la présidentielle en 2012. Maintenant, je ne sais même plus si je vais aller voter, car au Parti socialiste, il n’y a personne d’intéressant.

Philippe, 58 ans. Tant qu’il n’est pas jugé, il y a présomption d’innocence. Je connais DSK et François Pupponi (le maire de Sarcelles, ndlr) depuis longtemps. Jamais je n’ai entendu parler d’histoire aussi sordide. Je suis sûr qu’il va être innocenté. Le positif dans cette histoire, c’est que les choses ont déjà commencé à bouger. On s’intéresse de plus près aux politiques. L’affaire Georges Tron (accusé d’agression sexuelle par d’anciennes employées municipales de Draveil, dont il est maire, ndlr) le prouve. On voit aussi qu’ils sont tous pareils. A droite, à gauche, au centre. Quand ils arrivent au pouvoir, ils oublient la réalité. Ça a toujours été le cas. Mais si la politique ne redresse pas, c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

Sophie Noachovitch

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021