Faima, 17 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. C’est un complot. Il aurait pu gagner les élections présidentielles de 2012. Sarkozy et son gouvernement sont capables d’avoir organisé un complot contre Dominique Strauss-Kahn. Lydia, 18 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. Je pense que Dominique Strauss-Kahn est capable d’avoir violé la femme de chambre du Sofitel. Mais je ne crois pas que ça change quoi que ce soit. Il a de l’argent et tout, il peut se débrouiller pour que ça s’oublie. Et les politiques en France continueront comme avant.

Julien et François, 17 ans, élèves au lycée Jean-Jacques Rousseau. On n’a pas vraiment d’avis sur l’affaire DSK. On ne s’y est pas vraiment intéressés… On ne pense pas que ça changera quoi que ce soit.

Leur ami, Mohamed, 18 ans, élève au lycée Jean-Jacques Rousseau. C’est quand même bizarre cette histoire. Ça ressemble vraiment à un complot.

Scoty, 18 ans, élève au lycée de la Tourelle. C’est un coup monté par Sarkozy. Dès que la candidature de DSK pour la présidentielle a été quasiment sûre, il y a eu tout plein d’histoires, comme la Porsche, et là, la femme de chambre. Je pense que maintenant on va s’intéresser à ce que font les politiciens. On va apprendre qu’ils ont tous des sales histoires. Et cela quel que soit le parti politique. Ils sont tous pareils.

Ahmed, 18 ans, élève au lycée de la Tourelle. Il est millionnaire, il a sûrement dit à la femme de ménage « mets toi à quatre pattes ». Il croit qu’il peut faire tout ce qu’il veut.

Le boulanger du Pavé de Sarcelles, dans le village. Ça se fait pas, il a perdu la notion de la réalité. Certains politiques ne pourront peut-être plus agir comme ça en toute impunité, mais je pense que ça dépendra de leur position. Les plus puissants seront toujours protégés.

Françoise, 84 ans. J’ai toujours aimé Dominique Strauss-Kahn et je l’aimerai toujours. Et même s’il a vraiment violé la femme de ménage du Sofitel, je l’aime quand même. Je trouve que cette histoire est très malheureuse pour les politiques. On commence à s’intéresser à tout ce qu’ils font. Même si pour DSK ça ne pouvait pas rester caché, c’est exagéré. Je n’aime plus du tout les Etats-Unis, en tout cas au niveau judiciaire. Je suis vraiment déçue, parce que j’espérais voter pour DSK à la présidentielle en 2012. Maintenant, je ne sais même plus si je vais aller voter, car au Parti socialiste, il n’y a personne d’intéressant.

Philippe, 58 ans. Tant qu’il n’est pas jugé, il y a présomption d’innocence. Je connais DSK et François Pupponi (le maire de Sarcelles, ndlr) depuis longtemps. Jamais je n’ai entendu parler d’histoire aussi sordide. Je suis sûr qu’il va être innocenté. Le positif dans cette histoire, c’est que les choses ont déjà commencé à bouger. On s’intéresse de plus près aux politiques. L’affaire Georges Tron (accusé d’agression sexuelle par d’anciennes employées municipales de Draveil, dont il est maire, ndlr) le prouve. On voit aussi qu’ils sont tous pareils. A droite, à gauche, au centre. Quand ils arrivent au pouvoir, ils oublient la réalité. Ça a toujours été le cas. Mais si la politique ne redresse pas, c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

Sophie Noachovitch

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021