D’habitude, c’est place de la République à Lille, qu’ils se réunissent, tous les mercredis après-midis. Mais depuis plusieurs semaines, le collectif des sans-papiers de Lille multiplie les opérations coups de poings. Cette fois-ci, c’est le siège lillois de l’UMP, situé en centre-ville, qu’ils ont investi.

Ils étaient environ une petite cinquantaine à occuper les locaux du parti majoritaire dès le début de l’après-midi. Près de quarante militants syndicalistes et politiques avaient investi le palier, à l’extérieur du siège. Parmi eux, le PCF, SUD et la CGT. Sur place, aucune discussion possible entre les sympathisants UMP et les sans-papiers. A 15 h 30, le directeur départemental de la Sécurité publique, Didier Perroudon, les menace : « Vous avez une demi-heure pour évacuer les lieux. Passé ce délai, je fais évacuer. Et, en plus, il y aura des contrôles d’identité. » Vers 16h, les forces de l’ordre sont intervenues délogeant les sans-papiers situés à l’intérieur : «  L’évacuation était brutale. Environ 150 CRS ont gazé et attaqué les sans-papiers à coups de matraque », affirme Rabah Moussouni, membre du collectif. Sept sans-papiers de nationalité algérienne sont interpellés. «  Des Algériens car ils représentent la majorité du collectif » , explique Rabah Moussani qui craint qu’ils soient expulsés du territoire pour intimider le reste du mouvement.

«Cette majorité gouvernementale mène une politique raciste et xénophobe mais occuper les locaux de l’UMP, c’est une manière d’entrer dans la campagne et d’interpeller le candidat Nicolas Sarkozy sur la question des sans-papiers ». Le collectif attend désespérément un entretien avec le préfet. Un rendez-vous demandé depuis plusieurs mois. En vain.

Car depuis début 2012, les sans-papiers lillois ont déjà organisé deux sorties médiatisées. A l’occasion des vœux prononcés par Nicolas Sarkozy à l’adresse des fonctionnaires lillois en janvier, ils avaient occupé le hall de la faculté de droit. Objectif : « interpeller le chef de l’Etat sur la question de la dignité et des droits des sans-papiers », déclarait à l’époque le collectif.

En février, c’est la direction du Travail qu’ils ont investie et en mars, les locaux d’Emmaüs dans le quartier wazemmois. A chaque fois, les militants fustigent l’attitude brutale des policiers. Des personnes sont blessées, certaines, victimes de malaise, hospitalisées.

Pour  Loic Cathelain, directeur de cabinet de Bernard Gerard,  député UMP du Nord « Ce  ne sont pas des méthodes républicaines dignes du débat démocratique. Quand on arrive à 100 dans des locaux et qu’on hurle, on n’est pas dans la même façon de discuter. Mais ils cherchent la médiatisation». Les militants sans-papiers, eux, décideront de leur action à venir. Ils n’écartent pas une éventuelle occupation des locaux de la préfecture et attendent toujours des nouvelles du préfet.

Nassira El Moaddem

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021