Je me suis farci le bistrot Sarko samedi, comme au blog on tient à la parité du temps de parole jusque dans les chopines, direction Noisy-le-Sec pour écouter Madame Guigou, député PS de notre circonscription nous faire le coup du café Ségo. Le principe est le même : soutenir son candidat en s’adressant à la population dans un endroit convivial où l’alcool et le café coulent à flot dans le doux clapotis de la gratuité.

Le curieux ou le chaland de passage s’est fait rare, c’est plutôt un public de sympathisants PS qui a fait le déplacement. Il y a un petit coté officiel dans cette manifestation avec une conférence de presse avant le début des palabres, j’ai commencé à jouer des coudes par réflexes acquis pendant mes déplacements auprès de Miss Royal, ce qui fut inutile la profession journalistique ayant fait preuve ce soir-là d’un savoir vivre exemplaire. Ce qui est facile quand on est que deux sur le coup : une journaliste du Parisien et moi.

70 jours ; 70 femmes. C’est le nombre de personnalité du PS et du beau sexe qui organise un truc pour soutenir leur candidate dans toute la France. « La formule des cafés me paraissait plutôt sympa » nous explique Madame Guigou. Thème de cette soirée : la jeunesse. Des jeunes il y en avait pas mal ce soir, même des très jeunes « je soutiens le PS, un peu » m’annonce une petite collégienne. Les propositions de Ségolène Royal pour la jeunesse ont été un des principaux thèmes de discussion. Des emplois tremplins au prêt à taux zéro pour encourager la création d’entreprises chez les jeunes.

J’aurais aimé vous faire un rapport détaillé de ce qui a été dit mais la voix de Madame Guigou ne portait pas de là ou j’étais, pour la convivialité c’est réussie mais les problèmes de son relevés à Villepinte persistent toujours au PS. En même temps Eric Raoult n’a eut droit qu’a 5 min de mon temps Samedi, l’éthique du Blog est donc sauf. Et puis je n’avais pas le temps de rester jusqu’au bout, j’ai une vie moi bon sang ! Journalisme citoyens c’est aussi faire un article entre les courses à Intermarchés et sa lessive.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022