C’est l’histoire de Mamadou Gueye, 48 ans, maire adjoint au logement de Noisy-le-Sec et militant de gauche. C’est aussi le fruit d’une rencontre avec Nadia Boudaoud. Oui ! Notre blogueuse. Dans « De Matam, Sénégal, à Noisy-le-Sec, Seine-Saint-Denis », qui paraît ces jours-ci aux éditions L’Harmattan, Mamadou Gueye se confie à elle et lui déballe son parcours : depuis sa jeunesse passée au Sénégal, son arrivée en France au début des années 1980, jusqu’à son élection, en 2008. « Si j’ai choisi Nadia, dit-il, c’est parce qu’elle est constante et rigoureuse. Et surtout, Nadia est en phase avec les réalités de la Seine-Saint-Denis. Elle a connu les émeutes dans son quartier à Clichy-sous-Bois en 2005. »

Nadia précise : « Sa confiance en moi et en ma capacité à relater et agencer les éléments de sa vie m’a touchée et encouragée à poursuivre le projet jusqu’au bout. » La journaliste blogueuse avoue que la vie politique « c’est pas [son] truc ». Elle ne milite dans aucun parti et explique que « si Mamadou avait été d’un autre courant politique que le PRG, elle aurait fait ce livre aussi. Cette non appartenance partisane lui a permis d’avoir un certain recul durant les nombreux entretiens qu’ils ont eus pour constituer l’histoire. Elle retranscrit ainsi les convictions de Mamadou, ses combats pour « la santé, les femmes, l’éducation ».

Elle raconte à la première personne comment il a adhéré au Parti socialiste, puis comment il a basculé vers le Parti radical de gauche. Dans cet ouvrage, Mamadou Gueye met en exergue ses nombreux questionnements sur la refondation de la gauche. On y apprend beaucoup sans lire un gros pavé.

Lorsqu’ils ont dessiné les premières esquisses de l’histoire en septembre 2007, Mamadou Gueye n’était pas encore élu à Noisy-le-Sec ; il était alors responsable du cercle PRG de Bondy/Noisy-le-Sec. Nadia remarque avec simplicité que « les convictions et les idées de Mamadou sont très claires. On peut discuter des mêmes thèmes à plusieurs reprises, son discours reste identique. »

Aujourd’hui, l’élu de Noisy veut se faire connaître des 38 000 habitants que compte sa ville. « Je veux leur faire partager mon parcours politique, mes idées et mes projets », ajoute-t-il. Même s’il sait qu’il ne peut pas plaire à tout le monde. « On est dans un monde qui bouge, précise l’élu. Le pays doit être géré avec ses mutations et la France de 2001 ne peut pas être gouvernée comme au 19e siècle. La Seine-Saint-Denis est le laboratoire ethno-sociologique de cette France actuelle. Il faut tenir compte d’une telle réalité. » Nadia et Mamadou s’accordent à dire qu’« il est temps de mettre fin au sectarisme qui pollue la société française ».

Les deux compères du livre ont une pensée pour Aïcha Khaldi, une amie décédée en octobre 2007 alors qu’elle était maire adjointe à Bondy – une dédicace rappelle son souvenir au début de l’ouvrage. Sans elle, Nadia et Mamadou n’auraient peut-être pas réalisé ce travail en commun.

Nadia Méhouri

Nadia Boudaoud, avec Mamadou Gueye, « De Matam, Sénégal, à Noisy-le-Sec, Seine-Saint-Denis », L’Harmattan. En vente à partir du 2 février.

Séance de dédicace mercredi 25 février, de 18 heures à 20 heures. RDV: 7, rue des Carmes, 75005 Paris. Métro Maubert-Mutualité.

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021