C’est l’histoire de Mamadou Gueye, 48 ans, maire adjoint au logement de Noisy-le-Sec et militant de gauche. C’est aussi le fruit d’une rencontre avec Nadia Boudaoud. Oui ! Notre blogueuse. Dans « De Matam, Sénégal, à Noisy-le-Sec, Seine-Saint-Denis », qui paraît ces jours-ci aux éditions L’Harmattan, Mamadou Gueye se confie à elle et lui déballe son parcours : depuis sa jeunesse passée au Sénégal, son arrivée en France au début des années 1980, jusqu’à son élection, en 2008. « Si j’ai choisi Nadia, dit-il, c’est parce qu’elle est constante et rigoureuse. Et surtout, Nadia est en phase avec les réalités de la Seine-Saint-Denis. Elle a connu les émeutes dans son quartier à Clichy-sous-Bois en 2005. »

Nadia précise : « Sa confiance en moi et en ma capacité à relater et agencer les éléments de sa vie m’a touchée et encouragée à poursuivre le projet jusqu’au bout. » La journaliste blogueuse avoue que la vie politique « c’est pas [son] truc ». Elle ne milite dans aucun parti et explique que « si Mamadou avait été d’un autre courant politique que le PRG, elle aurait fait ce livre aussi. Cette non appartenance partisane lui a permis d’avoir un certain recul durant les nombreux entretiens qu’ils ont eus pour constituer l’histoire. Elle retranscrit ainsi les convictions de Mamadou, ses combats pour « la santé, les femmes, l’éducation ».

Elle raconte à la première personne comment il a adhéré au Parti socialiste, puis comment il a basculé vers le Parti radical de gauche. Dans cet ouvrage, Mamadou Gueye met en exergue ses nombreux questionnements sur la refondation de la gauche. On y apprend beaucoup sans lire un gros pavé.

Lorsqu’ils ont dessiné les premières esquisses de l’histoire en septembre 2007, Mamadou Gueye n’était pas encore élu à Noisy-le-Sec ; il était alors responsable du cercle PRG de Bondy/Noisy-le-Sec. Nadia remarque avec simplicité que « les convictions et les idées de Mamadou sont très claires. On peut discuter des mêmes thèmes à plusieurs reprises, son discours reste identique. »

Aujourd’hui, l’élu de Noisy veut se faire connaître des 38 000 habitants que compte sa ville. « Je veux leur faire partager mon parcours politique, mes idées et mes projets », ajoute-t-il. Même s’il sait qu’il ne peut pas plaire à tout le monde. « On est dans un monde qui bouge, précise l’élu. Le pays doit être géré avec ses mutations et la France de 2001 ne peut pas être gouvernée comme au 19e siècle. La Seine-Saint-Denis est le laboratoire ethno-sociologique de cette France actuelle. Il faut tenir compte d’une telle réalité. » Nadia et Mamadou s’accordent à dire qu’« il est temps de mettre fin au sectarisme qui pollue la société française ».

Les deux compères du livre ont une pensée pour Aïcha Khaldi, une amie décédée en octobre 2007 alors qu’elle était maire adjointe à Bondy – une dédicace rappelle son souvenir au début de l’ouvrage. Sans elle, Nadia et Mamadou n’auraient peut-être pas réalisé ce travail en commun.

Nadia Méhouri

Nadia Boudaoud, avec Mamadou Gueye, « De Matam, Sénégal, à Noisy-le-Sec, Seine-Saint-Denis », L’Harmattan. En vente à partir du 2 février.

Séance de dédicace mercredi 25 février, de 18 heures à 20 heures. RDV: 7, rue des Carmes, 75005 Paris. Métro Maubert-Mutualité.

Nadia Méhouri

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021