Mes chers compatriotes ! Des mauvais Français, voilà ce que vous êtes ! Vous n’êtes pas d’assez bons chrétiens ; résultat, nos banlieues sont devenues des « chevaux de Troie » des islamistes. Vous avez abandonné la bonne éducation de vos ancêtres qui a mené le monde entier vers la lumière ; résultat, les étrangers de plus en plus nombreux dans nos écoles imposent leur version de l’histoire. Vous ne faites pas assez d’enfants ; résultat, on se fait bouffer par les polygames. Nostalgie chrétienne et retour à l’histoire glorieuse, voici les deux axes du dernier discours de Jean-Marie Le Pen, prononcé samedi en fin d’après-midi. « C’était mieux avant » : on retiendra cela des deux heures du discours fleuve de celui qui ne sera plus demain que « président d’honneur » d’un parti qu’il a fondé en 1972.

Pendant ce temps, à l’extérieur du Palais des congrès, une manifestation a lieu, conduite notamment par le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Europe Ecologie-Les Verts et le Parti socialiste avec ce slogan : « Ensemble contre l’extrême droite ». « Le FN ne nous fait pas peur, on a juste la chance de pouvoir exprimer notre désaccord, donc on le fait », affirment deux jeunes filles d’origine kurde venues de la banlieue de Tours. David et Camille, étudiants du Mans sous les couleurs du NPA, ont fait la route pour « protester contre l’idéologie raciste du FN et défendre les valeurs laïques ».

Sur le côté de la manifestation, je repère rapidement des policiers en civil avec leurs oreillettes qui sortent du col de leur manteau et leur sac à dos pour faire genre touristes, mais pas du tout discret avec le rouge du sac qui flash. « Combien vous avez compté de manifestants ? », je demande. « Heu, je sais pas c’est pas moi qui compte… », répond un policier, étonné. « Pas mal votre sac à dos ! », j’ajoute. « Petit con, va ! » a-t-il dû penser. A vue d’œil, entre 3000 et 5000 personnes ont défilé cet après-midi pour « montrer qu’il y a une opposition à ce congrès ».

A proximité du Palais, un jeune homme discutant avec une jeune femme, me dit : « Je n’étais pas du tout au courant qu’il y avait le FN réuni à Tours. Mais en même temps je ne m’intéresse pas trop à la politique, le FN ou d’autres politiciens, c’est pareil pour moi. » Alors que les huées contre Jean-Marie Le Pen vont crescendo, d’autres huées contre les « masses d’étrangers », « l’histoire des africains » et celle des « musulmans » font trembler l’enceinte de l’amphi François 1er, rempli cette fois-ci à ras-bord, où sont prononcés les discours. Ce qui incarne l’envahisseur est repris et répété inlassablement : minaret, islamiste, halal…

Farid Smahi, membre du bureau politique du FN, représente le visage de cet envahisseur. Ce qui ne l’empêche pas de se sentir accepté par les autres membres du parti. « J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer, mais tu la gardes pour toi, tu as été élu au comité central et même très bien élu », lui annonce un cadre du parti en avant première. Les résultats du comité central devant être dévoilés dimanche avec la proclamation officielle du nouveau président frontiste – fin du suspense, on a appris samedi déjà la nouvelle : Marine Le Pen est la nouvelle patronne du navire. « Merci beaucoup », dit Farid Smahi avec un ton reconnaissant, « je dois énormément à Jean-Marie Le Pen et à ce pays qu’est la France ».

Je lui pose la question : « Comment vous définissez-vous ? », il répond d’abord : « Je suis attaché à la culture arabo-islamique », puis : « J’aime la culture de ce pays (la France), je suis un patriote. Ce qui m’a plu dans ce parti, c’est d’une part le côté tiers-mondiste de Le Pen. On a été en Irak durant l’embargo. Et d’autre part, le combat qu’il mène contre la bi-nationalité. Je suis contre car il y a parmi les binationaux des islamistes que l’on ne peut maintenant plus expulser. »

Concernant les propos de Marine Le Pen sur « l’occupation » des rues par des musulmans durant des prières, Farid Smahi dit qu’il est « d’accord » avec elle. « Ce sont des intégristes, quand il n’y a plus de places dans la mosquée, on prie chez soi. » Des militants qui ont le faciès de Farid Smahi, on n’en voit pas des masses dans ce congrès. Il y a bien Isabella, la cantatrice officielle du FN à la peau « couleur café » qui est montée sur la scène à la fin du discours du « vieux » pour chanter a capella « Avec Jean-Marie », et Huguette Fatna, Martiniquaise, membre du bureau politique et conseillère régional d’Alsace, chargée de mission pour l’Outre-mer. Faut-il vraiment qu’il y en ait plus ?

Aladine Zaïane

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022