Cette nuit, Mohamed Ouerfelli patrouillera dans les rues de Gonesse. Sa mission, qu’il partage avec quelques-uns, est de prévenir tout débordement dans cette ville voisine de Villiers-le-Bel. « J’irai chercher les jeunes, dans la rue, pour qu’il n’y ait pas de dégâts », explique-t-il. Gonesse est l’une des six mairies socialistes de la banlieue parisienne qui, mardi, ont lancé un « appel au calme ». « Mercredi, affirme Mohamed Ouerfelli, les vaguemestres de la commune, qui manque de policiers, ont placardé des affiches (ci-contre) sur toutes les portes d’appartement. » Frapper les esprits, et fortement : tel est le but de cette initiative pacificatrice, prise par la municipalité.

Mohamed Ouerfelli a une cinquantaine d’année. Il consacre l’essentiel de sa vie à une cause majeure, illusoire mais nécessaire : l’harmonie entre citoyens. Les émeutes de Villiers-le-Bel l’ont ramené en première ligne d’un dialogue de sourds. Lui a les mots pour se faire entendre. Avec sa voix grave, ses yeux bons, sa connaissance des gens et un sourire jaugeur d’intentions, les bonnes comme les mauvaises, il impose un certain respect. L’associatif, nerf du lien social dans les quartiers populaires, est pour lui une éthique de vie. « En 1999, j’ai fondé à Gonesse la fête du voisinage, raconte-t-il. Je suis membre du conseil d’éthique de la commune, qui réunit les représentants des religions, et membre du conseil du quartier. »

Aux élections municipales de mars prochain, il figurera sur la liste socialiste du maire Jean-Pierre Blazy, qui brigue un nouveau mandat. Sa carte de visite, fournie comme un CV, le dit aussi président départemental du Rassemblement social-démocrate, dirigé par l’ex-candidat à la présidence de la République Rachid Nekkaz (qui n’avait pas obtenu les 500 signatures d’élus l’autorisant à solliciter le suffrage universel).

C’est avec des hommes de la trempe de Mohamed Ouerfelli que la vie continue d’être plus forte que la mort.

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022