Invitée du Bondy Blog Café, Najat Vallaud-Belkacem s’est exprimée sur la polémique du recrutement de professeurs des écoles par un entretien téléphonique dans le 93. La ministre de l’Education nationale botte en touche. Article+vidéo.

La Seine-Saint-Denis et le manque criant d’instituteurs, d’enseignants, de professeurs. Une routine et une banalité pour les élèves du département depuis des années. Les histoires de ces jeunes qui ont passé des jours, voire des semaines, sans professeur d’anglais, de mathématiques, de philosophie, sont légions. Là, un professeur longuement malade, pas remplacé, ici, un collège qui ne parvient pas à trouver de professeur d’allemand ou de biologie.

Pour pallier ce manque, Pôle Emploi a démarché par téléphone des chômeurs pour recruter 300 instituteurs dans le département. Une initiative inédite. Seul critère : la détention d’un diplôme de Master 1. Aucune exigence en matière de pédagogie et d’enseignement n’est demandée.

Interrogée lors du premier Bondy Blog Café de la saison, la ministre de l’Education nationale ne nie pas le procédé et affirme que tout sera fait pour s’assurer d’une bonne formation des candidats « que l’on fasse appel à Pôle emploi pour identifier des candidatures mais ensuite derrière, on vérifie évidemment les compétences des gens en question, il y aune formation qui accompagne leur exercice». Et de mettre la responsabilité de la situation actuelle sur «la politique désastreuse de la droite en matière d’éducation».

Regardez sa réponse :

httpv://youtu.be/QFA4VTXAybw

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, invitée du Bondy Blog Café. Pour voir l’émission en intégralité, rendez-vous dimanche 5 octobre à 12h sur France Ô et 13h sur LCP.

Nassira El Moaddem

Articles liés

  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022
  • Législatives : sans cohabitation, quels pouvoirs pour la NUPES ?

    Le second tour des législatives s’annonce comme un duel serré entre la NUPES et la Macronie. Même si elle ne parvient pas à obtenir la majorité des sièges, l’alliance des partis de gauche pourrait devenir le premier groupe d’opposition à l’Assemblée. Quelle serait sa marge de manœuvre au sein de l’hémicycle ? Décryptage avec Alexis Fourmont, maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Par Ayoub Simour
    Le 17/06/2022