SOIRÉE ÉLECTORALE. 14 360 électeurs se sont présentés ce dimanche aux urnes dans 24 bureaux ouverts à Meaux. Jean-François Copé est arrivé largement en tête avec 8911 voix, loin devant Bastien Marguerite candidat PS qui a récolté seulement 12, 77 %. Ambiance de victoire.

Des cris de joie font résonner les murs de l’hôtel de ville. Une foule importante d’habitants est réunie dans le hall pour féliciter le maire. Cette quatrième réélection n’est pas une surprise. Pour les Meldois, Jean-François Copé est un maire à l’écoute. Et c’est l’une des raisons de sa popularité à Meaux. Dans la salle d’honneur, Jean-François Copé est attendu comme le Messie. Mais les habitants doivent prendre leur mal en patience. Ce dernier a réservé ses premiers mots aux médias télévisés, dans une autre salle à l’abri des regards. Pendant ce temps-là, les sympathisants discutent, s’embrassent et se félicitent de la campagne qu’a menée leur candidat.

Martine, habitante de Meaux depuis 2000, était sûre de cette victoire : « Il partait gagnant. Nous sommes comme les mousquetaires, tous pour Jean-François Copé ! », en référence au slogan de campagne, « Meaux pour tous ». Elle ne manque jamais aucune élection pour aller voter. Idem pour Michelle, son amie, qui affirme que « le maire a fait beaucoup pour la ville en terme de rénovation urbaine ». Toutes deux disent avoir voté « d’abord pour l’homme et ensuite pour ses propositions ». Michelle ajoute, « en tant que Maire de Meaux, il est très présent. Après, ce qu’il fait à côté, on ne sait pas vraiment. Mais pour nous, il tient son rôle de maire et c’est tout ce qui compte ». Martine est convaincue que Jean-François Copé se présentera à l’élection présidentielle de 2017.

images 209A son arrivé dans la salle dans laquelle il doit faire son discours, les habitants scandent son nom en applaudissant.  Jean-Francois Copé confie : « Je suis vraiment ému et je suis heureux de le vivre et de le partager avec vous ce soir. Franchement, nous avions tout contre nous. Nous avions cinq listes de toutes couleurs politiques. Mais ce qui a fait la différence -avec un score magnifique car nous sommes à plus de 64 % des voix-, c’est notre capacité à aller au-delà de nos différences et à nous rassembler pour mener une seule et même politique qui est celle du bon sens, dans lequel nous assumons nos valeurs et nos convictions. Et j’associe tous les Meldois et les Meldoises, d’où qu’ils viennent, que que soient leurs sensibilités, quelle que soit la manière dont ils vivent au quotidien, simplement pour leur dire que nous sommes ensemble pour préparer l’avenir avec l’espérance, la confiance malgré les épreuves et les difficultés.»

Plébiscite continuel

Plus tôt dans la journée de dimanche, les habitants sont arrivés nombreux entre 10 heures et 13 heures, pour voter. Ce fut ensuite le calme plat jusqu’à 16 heures. Beaucoup sont venus en famille. De nombreuses personnes âgées aussi. Cet habitant accompagné de son jeune fils est venu dans l’après-midi à l’hôtel de ville. Il ne cache pas sa déception de la vie politique en règle générale : « Je ne souhaitais pas venir au début, mais je suis finalement là car c’est un acte citoyen important. A Meaux, ce qui me déplaît, ce sont les affaires de clientélisme notamment dans le logement, il y a pas mal de passe-droits. En ce moment, nous voyons souvent le maire venir dans les quartiers durant les élections. Malgré tout, il fait pas mal de permanences le reste du temps ». Pour lui, il reste beaucoup de choses à faire, notamment en terme d’emplois et de sécurité dans la ville de Meaux.

Les habitants ne tiennent pas rigueur à Jean-François Copé de son image sur plan national, ni des derniers scandales qui ont fait la une des médias ces derniers jours. Ainsi pour Lucien, « Meaux est très bien géré et la preuve en est, il a été élu, 65% des habitants font confiance à Jean-François Copé. Cela prouve que c’est un bon maire et un bon gestionnaire malgré tous les ragots qu’ont raconte sur lui. La justice triomphe toujours et quand les gens sont justes, le résultat est là… A Meaux, nous croyons en Jean-François Copé, c’est le maire de notre ville. Ce n’est pas un maire partisan ou clientéliste. C’est notre maire et j’en suis fier ».

Hana Ferroudj

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021