Ce vendredi soir, les parents de l’école maternelle Georges Thill, dans le 19e arrondissement de Paris, sont sur le pied de guerre. Une guerre dont les armes sont des sacs de couchage. Ils s’étaient déjà mobilisés les vendredi 6 et mercredi 11 juin pour protester contre une fermeture de classe. Cette fois-ci, c’est contre les nouveaux programmes scolaires, en particulier la diminution d’heures de français, ainsi que contre la suppression des cours le samedi matin, soit l’équivalent de 900 heures. Pour cette « Nuit des écoles » – qui aurait mobilisé 7000 établissements dans toute la France en 48 heures, selon la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE, classée à gauche) – les parents et enseignants de Georges Thill sont épaulés par d’autres mécontents de l’école élémentaire Jean Jaurès, du 19e également.

A l’appel de la FCPE, les manifestants, venus dans leur majorité équipés de sacs de couchage, se rassemblent autour d’un barbecue. Deux adjoints au maire de l’arrondissement, ainsi que la collaboratrice du député Jean-Christophe Cambadélis (PS) sont venus leur apporté leur soutien.

19h20 : les parents arrivent par petits groupes accompagnés de leurs familles, les bras chargés de victuailles. Les enseignants, qui n’ont pas quitté l’école depuis la fin des cours, ont préparé des tables dans la cour. Certains élaborent une banderole portant les revendications. Laurent, un papa, s’est attelé au barbecue, considéré comme la corvée du jour. Mais il a l’habitude, à chaque fête de fin d’année, c’est lui qui gère les merguez.

20h30 : une bonne centaine de personnes dîne, abordant les thèmes qui ont donné lieu à cette soirée peu ordinaire.

23 heures : il faut tout débarrasser les tables, afin de laisser les lieux dans l’état où ils ont été trouvés. La fatigue commence à se faire sentir. Pour tous ceux qui ont travaillé aujourd’hui, il est l’heure d’aller se coucher. Non pas à la maison, mais à l’école. Chacun se choisit un espace, par famille, et installe les duvets.

Minuit : tout le monde se couche, le silence est revenu dans l’école, demain sera un autre jour avec un nouveau combat contre des réformes de moins en moins populaires.

Les participants sont contents de leur action en cours et estiment que les objectifs sont atteints, à savoir : convivialité, dialogue, information. Ce soir, il semblerait que les associations de parents d’élèves aient trouvé la solution idéale pour se faire entendre par le gouvernement sans que cela nuise à personne.

Nadia Méhouri

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022