Discret jusqu’à présent dans les médias, Emmanuel Macron gardera un souvenir particulier de son passage à Europe 1, hier matin. Ses propos sur l’illettrisme des salariées des abbatoirs Gad ; une bourde de trop ?

Il se voyait déjà en haut de l’affiche… Le petit banquier, fidèle soldat de l’hollandais, débarque avec son cheval blanc dézinguant tous azimuts la finance en l’an 2, selon Saint Walls, récemment sauvé des flammes, de l’enfer et de l’oubli. Stratégie et arrangement ont pris le dessus sur une pseudo confiance renouvelée. Un énième remaniement aurait fait désordre dans l’opinion publique, dans une politique gouvernementale assez instable.

Le petit gâteau granuleux de l’économie est un homme de l’ombre, un homme de confiance. Il n’est pas là pour blaguer mais pour effacer les frasques de son noble prédécesseur. Le thon est donné mais pas le saumon, on se la joue léger, homme du peuple depuis que le rot enragé à lâché le pique sur les sans-dentiers. La valeur sûre chiffrée de l’Élysée a fait mentir son mentor qui voyait en lui une sérénité dans le style.

Mais que s’est-il passé ?

Trois semaines après son entrée en fonction, le macaron est dans la tourmente. Un goût plein d’amertume laisse le soldat alias le «Minister Amer» en s’attaquant au fleuron : Gad. On ne mélange pas l’humour et la finance d’après l’ancien banquier d’affaires de chez Rothschild & Cie. Théâtraliser le métier qu’il a exercé depuis près de 4 ans avec une pub la fait sortir de ses gonds. L’humoriste est dans la ligne de mire avec apparemment le sketch, la blague de trop. Le ministre prend note et sanctionne d’une phrase assassine sur son degré alphabétisation.

Erreur de débutant ou de jeunesse ? Le Minister Amer se lance dans une série d’excuse invoquant le malentendu, mais l’humoriste préféré des français n’a pas mérité même si le sketch était en dessous de son niveau habituel.

« Mon ennemi c’est la finance » disait le corbeau sur son arbre perché . «L’ennemi de mon ami est mon ennemi» prend tout son sens ! Cette façon de penser distingue l’acharnement du corbillat à l’égard du ténor de l’humour. Le dernier-né de la bande s’affirme, les deux pieds dans le plat, en marquant son territoire. La politique est un monde où les prérequis sont la poigne et l’éloquence. Cette mésaventure était une façon de dire haut et fort : l’économie c’est moi !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022