Depuis quelques temps je développe un intérêt particulier au candidat François Bayrou. C’est pourquoi j’ai accepté très volontiers d’aller ce samedi à la maison de la Chimie. Il n’y avait pas que le lieu qui était chic. Les invités aussi. Il y avait des costumes, des cravates, des pulls en cachemire, des pantalons Ralph Lauren, des chaussures bien cirées. Des cheveux soyeux, lisses et bien coiffés. Rien à voir avec le meeting d’Eva Joly au Bataclan. Le public était plus cosmopolite. L’ambiance faisait plus populaire. Pour le coup, le forum du Modem consacré à la solidarité c’était vraiment différent.

En entrant dans le lieu, j’avais l’impression de me retrouver dans une autre France. La France d’en haut. Une France bobo et monocolore. Bon j’exagère un peu mais c’est le sentiment que j’ai eu sur le coup.

Certes, tout ça n’est que du ressenti, à un instant T, je n’ai malheureusement pas fait d’étude sociologique sur les électeurs du Modem. Reste que le manque de jeunes au parti est quant à lui criant. La majorité des militants ont plus de 30 ans. On a l’impression que cette année Francois Bayrou a du mal à séduire les jeunes. Un grand nombre qui l’ont soutenu en 2007 sont partis au Front de gauche, d’autres au Parti socialiste.

Il y a cinq ans c’était différent. Un militant du Modem me l’a très clairement avoué : « Lors de la campagne de 2007 François Bayrou avait une cote de popularité très importante chez les 18-24 ans. Il était le premier. Chez les 25-30 ans il était le deuxième. Aujourd’hui il y a encore des jeunes au MoDem mais il y en a moins qu’avant ».

Le MoDem  traîne cette réputation de parti de  notables. Cela jure avec le discours et les idées de son président qui tendent à rassembler toutes les classes sociales. Parfois j’ai même l’impression que Francois Bayrou est plus à gauche que Francois Hollande concernant le fonctionnement de la société et la manière de garantir l’égalité des chances. Mais sur ce forum, la chose n’était pas très visible.

Manifestement, comme presque tous les autres partis d’ailleurs,  le Modem ne donne pas assez de responsabilités aux jeunes. Le même militant m’explique que c’est regrettable de ne pas pouvoir évoluer dans un parti qu’on aime  alors qu’il y a un tas de jeunes militants qui ont un parcours remarquable. Il poursuit en me disant que chez les Verts par exemple les perspectives d’évolutions sont plus avantageuses.

Mimissa Barberis

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021