Yannis, 24 ans, animateur, raconte : « Personnellement, je ne vois pas de différence entre les candidats pour régler les soucis de mon quartier. Je  pense que je ne vais pas aller voter à cette élection ». Yannis est accompagné de son ami Manuel. Pour lui voter est utile mais il ne votera sans doute pas, car « aucun candidat ne me ressemble », dit-il. Pourtant, ces jeunes là sont très impliqués au niveau local.

Madi, jeune engagé au Parti socialiste, pense que le changement doit venir  de la base, c’est-à-dire des jeunes : « Il y a une force ici, je pense qu’il faut s’organiser, on peut changer les choses tous ensemble ». Cela commence par un engagement local puisque les élections locales touchent, selon lui,  plus directement la vie des habitants. Au niveau des abstentionnistes, Madi considère que tous les partis ont des responsabilités dans cet échec, mais dans les quartiers populaires, c’est surtout le Parti socialiste qu’il faut blâmer, toujours d’après lui.

Ces abstentionnistes ne sont pas réellement détachés de la vie politique, ils attendent seulement d’être convaincus, pour y croire et pour aller donner leur vote à un candidat. Mamadou, étudiant, pense que « Sarkozy et Hollande défendent le même système. En réalité quand on étudie leur vision pour la France, le clivage n’est pas si évident. Après, bien sûr, voter c’est super important. Mais moi je n’ai pas de candidat, donc j’ai deux choix : voter blanc ou ne pas voter ».

«On a la chance de pouvoir voter mais je n’ai pas confiance dans les dirigeants politiques qui se présentent. Pour moi, voter à cette présidentielle n’a pas vraiment d’intérêt », explique Moussa, qui à la possibilité d’aller aux urnes pour la première fois de sa vie.

« Le souci si je ne vais pas voter, c’est qu’on fait dire ce qu’on veut aux abstentionnistes. Leurs profils sont pourtant très différents. Personnellement, je suis quelqu’un qui s’intéresse beaucoup à la politique. »

L’abstention devrait encore une fois être élevée dans les quartiers.  Cependant, beaucoup d’abstentionnistes ne demandent qu’à y croire. Ils veulent être convaincus pour entrer pleinement dans l’effervescence d’une campagne présidentielle.

Amine Benmouhoub

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021