Cette journée du mardi 14 juin a débuté sur un léger désaccord de chiffres. Les bénéficiaires des différents plans de rénovation urbaine sont-ils 3 ou 4 millions ? A moins qu’ils ne soient 5 millions ? Nous ne saurons pas vraiment mais une chose est sûre, un long chemin a été tracé en sept ans. Les nombres fusent pour prouver les efforts consentis : 2 milliards d’euros investis, 1,3 milliards d’euros de dotations de solidarité urbaine versés aux communes qui en ont le plus besoin, 400 conventions signées avec les villes, 485 quartiers concernés, 220.000 logements réhabilités, des centaines d’immeubles construits… Bref les élus n’ont pas chômé. C’était Le PNRU 1 (Plan national de rénovation urbaine 1).

Maintenant, place au PNRU 2. C’est l’ambition de Maurice Leroy, ministre de la Ville : « Pour rétablir la République, on n’en fait jamais assez ». Et il reste du boulot. Jusqu’à présent, les logements étaient au centre des préoccupations : «  Le nouveau PNRU devra mieux conjuguer humain et urbain ».

Une vidéo choc de l’état lamentable de nos quartiers a été diffusée durant cette première journée des JERU. Des immeubles gris, délabrés, fenêtres brisées, murs tagués, des enfants trainant dans la rue. Suivent les images des logements réhabilités ou construits. Des espaces verts ont remplacé le béton et le ciment. Des ados jouent au foot sur des terrains flambant neufs. Les commerçants sont revenus dans les ex-grands ensembles, les gens n’ont plus peur dans la rue.

Patrick Braouezec, député de Seine-Saint-Denis, nuance un peu ce tableau idyllique : « Il y a des aspects bénéfiques à la politique de l’ANRU, c’est indiscutable. Les élus se sont mobilisés ainsi que tout l’ensemble des acteurs de terrains (organismes HLM, tissu associatif, etc.). Pourtant, il y a toujours une pénurie de logements. Des choses spectaculaires ont été faites mais on n’a pas pu évacuer certains problèmes comme la copropriété dégradée, parfois quatre générations vivent ensemble ». Pour lui aussi, l’aspect social doit primer sur le bâti.

L’environnement des quartiers rénovés a pourtant déjà bien changé. Christian Lambert, préfet de Seine-Saint-Denis, affirme que l’amélioration du lieu de vie est associée dans les 22 communes de Seine-Saint-Denis à « une chute de la délinquance ».

Pour continuer sur cette lancée, l’ANRU devra encore plus mobiliser tous les aspects d’un quartier : le logement, les transports, le travail, les loisirs. Rénover ne signifie pas uniquement reconstruire la pierre mais mettre en place un tissu social propice à une « rénovation » de la vie de leurs habitants. « Pour permettre aux enfants de grandir dans un milieu favorable à leur développement et à leurs études », espère Maurice Leroy.

Le ministre de la Ville remettra en automne prochain ses propositions pour le PNRU 2 au Premier ministre. Espérons que le PNRU 2 n’aura rien à voir avec les mauvaises suites des films américains qui avaient rameuté les foules dans les salles. L’histoire nous a montré qu’une seule très bonne version marche mieux que deux mauvaises.

Sophie Noachovitch

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022