Le parti socialiste a fait salle comble au Zénith de Paris pour lancer véritablement sa campagne législative. Beaucoup moins de jeunes que lors des meetings de l’élection présidentielle, mais toujours autant de ferveur pour Ségolène Royal qui raflera tout à l’applaudimètre. La soirée s’organise de la manière suivante : les éléphants ne rejoindront pas l’armée des candidats sur scène, mais iront s’asseoir avec le public certainement pour l’image de proximité. Entre chaque intervention, quelques candidats viendront également prendre la parole. Bertrand Delanoë, maire de Paris, ouvre le bal; discours classique, rien de particulier ne retiendra mon attention. Ségolène Royal ensuite se verra offrir par le public une standing ovation, et un Zénith qui chante en coeur « Ségolène ! Merci ! » 

Bien entendu, personne n’oubliera de tacler Nicolas Sarkozy; ainsi Laurent Fabius se moque de n’avoir pas pu l’accueillir ce même soir chez lui au Havre où le nouveau président y tenait également un meeting. Ensuite, il parlera de la division interne au sein du PS, conscient de cette mauvaise pub pour son parti, il s’applique pour montrer qu’il est un homme qui veut voir au delà de toute cette mascarade, et souhaite que la France voit le PS autrement. Enfin, François Hollande, avec un discours dynamique, fait rire toute la salle lorsqu’il parle de Nicolas Sarkozy : «Il court encore ! Il court toujours ! Il court sans cesse ! ». Le premier secrétaire du PS aborde ensuite le cas Bayrou, le chef du Modem reçoit une invitation de la part du premier secrétaire du PS : « s’il souhaite nous rejoindre, nous l’accepterons ».

Les autres candidats défilent sur la scène; eux, n’ont pas encore l’art oratoire des plus grands,  mais en ont bien profité pour se faire connaître. Si je ne me trompe pas, il y a eu plus de femmes. Parmi elles, Juliette Quinten, la plus jeune candidate de France, retiendra mon attention. Face à elle, Christian Blanc, le député sortant, et ex-PDG d’air France. Bon courage Juliette. Il y a aussi cette candidate, Michelle Canet, avec pour adversaire Patrick Devedjian qui souhaite encore supprimer des logements dans le département des Hauts-de-Seine. Le PS  a lancé sa campagne sous le signe de l’unité, mais est-ce sincère, ou seulement pour la photo ? Pas du tout favori dans les sondages, mais ce soir les militants présents dans la salle reprennent espoir en voyant réunis leurs idoles politiques. Il ne manquait que Lionel Jospin présent via un message lu par un de ses lieutenants. Souhaitons pour le PS que les paroles ne s’envolent pas aussi vite que court Nicolas Sarkozy.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022