Nora BERRA, Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, chargée de la Santé, dénonce le « lobbying monstrueux de gens installés » et se plaint d’être victime de discrimination car on lui refuse l’investiture pour les législatives, la préférant à Dominique NACHURY, celle qui, il y a 4 ans, avait perdu la mairie du 6ème arrondissement de Lyon.

C’est bien là que se trouve tout le paradoxe quand on sait que la plupart des ministres n’ont eu aucun problème à obtenir les circonscriptions dans lesquelles ils souhaitaient se présenter…Ah mais oui ! J’ai failli oublier aussi l’histoire de cette ancienne ministre Rachida Dati, maire actuelle du 7ème arrondissement de Paris, Elle aussi n’a pas été investie pour les législatives. Face à Monsieur FILLON, notre premier ministre, elle ne faisait pas le poids.

Rachida DATI, Nora BERRA…et combien d’autres encore ? A vrai dire l’histoire n’est pas nouvelle, elle se passe ici et ailleurs, à tous les niveaux politiques…

En effet, en 1995, lors des élections municipales, alors que j’étais responsable local du PRG (Parti Radical de Gauche) il a fallu ouvrir les négociations avec le secrétaire de section du PS (Parti Socialiste) de ma commune. Ainsi, pour ces négociations, j’avais demandé à ce qu’on me laisse 5 places pour mon parti, sur une liste de 29 candidats. C’est donc tout « naturellement » qu’on me proposa de laisser la 3ème place pour Guy, la 7ème place pour Bernadette, la 13ème place pour Fatima, la 17ème place pour Olivier et enfin la 23ème place pour Youcef.

Je répondis à cette « offre » par un sacré mécontentement en disant qu’il ne fallait pas me prendre pour un « idiot ». Et oui, la 3ème place était proposée à Guy, nouvel adhérent PRG, nouvel arrivant dans la commune (depuis moins de 6 mois) au profit de Youcef à qui on proposait la 23ème place…lui qui avait grandi dans la commune ! Je demandais donc que les places soient inversées, à savoir la 3ème pour Youcef et la 23ème pour Guy…mais non ! Et ce choix me fut justifié par tout un « baratin » sur le manque d’expérience…et bla bla bla !!!

Je restais néanmoins ferme et ne voulais pas de ce semblant d’accord qui n’en n’était d’ailleurs pas un et qui de surcroit avait déjà été tout pensé. Je me rendis immédiatement au bureau du président de mon parti pour le voir et discuter de ce problème avec lui. Et quand on dit que le hasard fait parfois bien les choses, cette fois-ci, il voulu qu’à ce moment précis, dans le bureau du président de mon parti donc, le téléphone sonna et à l’autre bout du fil, ce n’était autre que le secrétaire local de section du PS. Le téléphone était en mode haut-parleur et quel ne fut pas mon étonnement d’entendre ce dernier dire « On ne peut pas mettre Youcef dans les 10 premiers candidats car on n’aura pas de triangulaire, donc si on met un arabe trop visible sur la liste, on risque de perdre les voix de ceux qui votent Front National ».

Voilà que mon parti soutenait ce secrétaire local PS et ses mauvais calculs politiciens…J’en appelai subséquemment à voter contre le PS et donc pour la droite…c’est ainsi que j’expérimentai et appris l’ostracisme et le racisme des partis politiques et leurs calculs bidons !

Et quand aujourd’hui encore, je discute de ce sujet avec les gens, certains me disent, comme Nadia : « Nora BERRA n’a pas à être étonnée vu les positions de son parti, on ne l’a pas vu réagir sur les propos de Hortefeux, de Guéant et le débat islamophobe, en ce qui me concerne, savoir qu’elle est victime de discrimination c’est la normalité de l’UMP depuis quelques temps et cela a commencé avec « le bruit et les odeurs » propos, à l’époque, de Jacques Chirac ».

Quant à Mustapha, militant UMP il me confie : « Quand on réussi à être ministre, c’est qu’on n’a pas été discriminé ». A cela, Abdel répond : « quand on est ministre, on est nommé par une personne, pas par un parti. Je ne connais pas de personnes aux noms ayant une origine arabe, connus ayant débuté leur ascension politique par les partis, tous ont été approchés par un responsable en haut lieu, Dominique de Villepin pour Azouz Begag, Gérard Colomb pour Najat Vallaud-Belkacem, Nicolas Sarkozy pour Rama Yade et Rachida Dati, etc..»

Et selon Paul : « C’est pour toutes ces raisons, certes injustes, que cette fois ci Najat Vallaud-Belkacem a refusé qu’on lui réserve une circonscription diversité. Elle s’est présentée comme tout un chacun, sans privilège, devant les militant PS qui l’on choisit à une grande majorité, pour représenter les couleurs du PS, dans la 4ème circonscription de Lyon, sachant qu’elle a été élue, il y a 4 ans, dans un canton de cette même circonscription, canton qui a toujours été de droite ».

Pour Alesson « l’UMP avance à pas de G(u)éant, sur les traces de Marine Le Pen.»

Enfin pour Samia : « les partis font plus d’ostracisme et de racisme que les citoyens français, la preuve, le maire de Volvic, Monsieur Mohand Hamoumou, a été élu par les habitants malgré une liste socialiste et UMP au premier tour. »

Liberté, égalité, fraternité, vive la république.

Azzedine Benelkadi, Lyon bondy Blog

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021