« Si les quartiers populaires votent, nous serons au second tour. » Les mots de Jean-Luc Mélenchon, prononcés à la fin du mois d’août dernier au Dauphiné libéré, trahissent-ils la vision d’un vote des quartiers populaires déjà acquis à la cause du candidat insoumis ?

À quatre mois de l’élection présidentielle, avec un débat public saturé par l’extrême droite, bien loin des préoccupations de logement, d’école et d’emploi, le futur vote des habitants des quartiers paraît encore incertain. Les niveaux d’abstention records enregistrés dans ces communes témoignent en tout cas d’un éloignement vis-à-vis de la politique institutionnelle, qui ne fait que refléter l’éloignement de la classe politique dirigeante envers celles et ceux qui y résident.

Les partis sont-ils encore un outil pertinent pour politiser les milieux populaires dans des territoires tels que la Seine-Saint-Denis ? Nos deux invités, Farida Amrani, conseillère municipale de La France insoumise à Évry, et Aly Diouara, cofondateur d’un mouvement citoyen à La Courneuve, ne sont pas forcément du même avis. Mais ils partagent la conviction que les politiques publiques décidées par les représentants actuels ont bien des conséquences sur la vie des populations, et qu’il importe pour celles-ci de s’organiser et de peser sur un univers si loin, en apparence, de leurs intérêts immédiats.

Jalal Kahlioui

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022