C’est sous les bavardages que l’amphi D de l’université Paris XIII qu’est arrivée Rachida Dati. Les discussions vont bon train, on se retourne toutes les trente secondes pour voir entrer l’ancienne garde des Sceaux. Il y a du monde, beaucoup plus d’étudiants que de professeur. L’amphi étant à son comble, certains devront rester debout tout en haut pour l’écouter. Après une demi-heure de retard, la voici arrivée. Tous les regards se tournent vers l’entrée de l’amphi. Très simple, une veste de tailleur noire, un haut blanc, un jean et des chaussures à talon. L’air timide et souriante, elle est présenté par le président de l’université Paris XIII et le directeur de l’UFR Droit, sciences politiques et sociales. La rencontre s’est organisée il y a très peu de temps et peu de communication a été réalisée.

Rachida Dati prend la parole. Le silence se fait entendre. On entend juste les petits clichés des appareils photos et téléphones portables. Le public est attentif, les étudiants prennent note du discours de l’élue. « Il est important de venir à la rencontre des universitaires. On a une expérience à partager » dit-elle.  Sans tarder, elle entre dans le vif du sujet : la réforme de la justice est-elle nécessaire ? Elle entame alors son discours en dressant son propre bilan. « Pendant ces deux ans, j’ai mené 30 réformes qui ont abouti » affirme-t-elle.

Elle commence par la loi de lutte contre la récidive, celle qu’elle a entamé juste après les présidentielles de 2007, enchaîne avec la loi sur la rétention de sureté, la responsabilité pénale, en passant par la mise en place du juge des victimes, la parité installé chez les procureurs généraux sans oublier la « fameuse réforme qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de la carte judicaire ». Elle revient sur ses échecs, son expérience en tant que magistrate. On est loin de la dame de fer, loin de la femme accro aux défilés Dior et au luxe. L’ancienne garde des Sceaux a décidé de jouer sur la proximité.

Fin du discours, applaudissements, place aux questions. Amel, étudiante à l’IEJ (Institut d’étude judiciaires) de Villetaneuse, l’interroge sur la suppression du juge d’instruction. Rachida Dati offre une longue réponse. « Je suis assez satisfaite de sa réponse, raconte Amel, mais elle dévie souvent et détaille d’autres choses pas forcément en rapport mais ça lui permet de réfléchir à ce qu’elle va répondre ». Une autre question revient beaucoup dans l’assemblée, celle de la commission d’office. Comment l’améliorer et revaloriser le travail des avocats commis d’office. On reconnait des étudiants en droit, certainement inquiet de ce que leur réserve le monde du travail. Un avocat peut être convoqué à 13 heures et peut attendre l’audience jusqu’à minuit. « Le problème c’est qu’on ne sait jamais combien de temps va durer un procès. Il n’y a pas de solution miracle » déclare-t-elle. Elle n’est pourtant pas contre une amélioration.

Après les questions, place aux éloges. Une jeune fille dans la salle, la félicite pour son travail et regrette qu’elle ne soit pas restée au ministère de la justice. Rachida Dati avoue qu’être ministre laissait peu de place à de la « souplesse », sans entrer dans le détail elle fait comprendre qu’elle a tenté de ne pas être « déstabilisée » par les récentes polémiques. Mais cela lui a été difficile. « J’ai aussi eu un bébé qui a bouleversée ma vie personnelle mais c’est aussi un cadeau de la vie » raconte-t-elle avec un grand sourire en ajoutant « quand vous êtes une femme on ne vous pardonne rien ».

« On ne va rien vous donner, je vous le dis », poursuit-elle, « c’est vous qui faites le monde de demain, il faut vous engager ». Des conseils que les deux Raja, l’une en master de droit public et l’autre en master de droit des affaires ont bien entendu. Pour elles, « c’était un très bon discours. Elle donne envie de réussir. Elle ne nous a pas pris de haut, elle est vraiment humble, simple et gentille » affirment ces deux étudiantes. Ufuk, étudiant en licence de droit se dit « surpris », « je ne pensais pas qu’elle viendrait, elle nous a éclairé sur les modifications de la justice, ca complète nos cours ». Mais son camarade Achour est loin d’être du même avis « elle a plus parler d’elle, de ce qu’elle avait fait. Elle a tourné autour du pot ».

Imane Youssfi

Imane Youssfi

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021