Est-ce que vous soutenez la politique sécuritaire initiée par le gouvernement ces dernières années ?

 J’ai une autre vision de la sécurité sur le territoire national que celle qu’a aujourd’hui notre ministre de l’Intérieur. J’ai des propositions comme remettre les services publics de police dans tous les quartiers, une police de voisinage pour redonner une autre vie aux quartiers. Il y a 470 sites dit « sensibles » au niveau national, il y en a 100 où il faudrait vraiment faire quelque chose.

 Donc il faut redonner une chance à la police de proximité ?

 Il faut redonner une chance. Qu’on l’appelle police de proximité, police de voisinage, police de la tranquillité -pour reprendre les termes de monsieur de Villepin- ou même une police de quartier, voire un service d’ilotage. Dès l’instant où on essaye de rapprocher la police de la population au lieu de l’éloigner.

Que pensez-vous de l’affaire du policier agressé à la sortie du Parc des princes ?

Que le PSG ou le gouvernement prennent des dispositions pour qu’on supprime ces supporters qui sont xénophobes et racistes. Le policier était Antillais, s’il ne protège pas le supporter de Tel Aviv, s’il ne sort pas son arme à la dernière minute, ils auraient été lynchés. Parce que leurs agresseurs sont des fachos !  

Donc la réponse du policier était proportionnée ?

La réponse était en proportion bien sûr, quand vous êtes face à une horde de sauvages, toute une bande de Vikings au crane rasé, presque ivres mort. C’est quoi cette histoire !! Ce sont des xénophobes point à la ligne, je n’ai rien d’autre à rajouter. Parce que le policier est d’origine antillaise. On va lui reprocher quoi ? De pas avoir son brassard de police, d’avoir sorti sa bombe lacriminogène ?  Malgré cela il s’est fait fracasser la tête. C’est honteux !

Vous pensez qu’il y a une ambiance un peu électrique entre policiers, citoyens et supporters de manière générale ?

Non pas du tout, je dirais que le Kop de Boulogne tout le monde le connait, on voit les signes qu’ils font. Quand je vais voir un match de foot ce n’est pas pour me faire casser la figure, que je sois black, blanc ou beur. Je ne vais plus au foot, là c’est plus du sport, je vais voir les matchs de rugby, il y a jamais d’incidents. Le gouvernement a pris des dispositions, une loi qu’il a votée en début d’année, le décret n’est toujours pas sorti. Est ce qu’ils veulent la mettre en application ou quoi ? Je suis pour qu’on supprime ces supporters-là dans les stades.

Vous parlez des mesures du gouvernement, votre syndicat (UNSA) a gagné les élections professionnelles dernièrement. Est-ce que vous avez envie d’impulser une autre politique dans les rapports entre la police par les jeunes des quartiers ?

C’est ce qui m’oppose au ministre c’est que j’ai une autre vision sur la mise en place de la police. Je suis pour qu’on revienne a un service public de police dans tout les quartiers. Aux USA ils sont revenus à la police communautaire, en Angleterre à la police de voisinage et en France on dit qu’il faut éloigner la police de la population. 

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021