Une foule prend forme petit à petit sur le trottoir voisinant la place du Président Herriot, à l’Assemblée Nationale. Parmi eux, Mohammed Hakkou. Son objectif ? Dénoncer une Assemblée nationale loin d’être représentative de la population française.

Le jeune trentenaire prend la parole tenant dans sa main, avec Majid Touhami, une photo de l’hémicycle et ses députés. Derrière lui, un public de soutient qui agite les drapeaux français. « L’Assemblée nationale d’aujourd’hui ne représente ni la réalité de la France, ni celle des Français », Mohamed Hakkou dénonce une « forme de reproduction sociale », une Assemblée ne comprenant « aucun élu ayant un handicap, ni d’ouvriers et peu de jeunes ».  Mohamed Hakkou salue « la parité au gouvernement » mais se désole qu’elle ne soit pas dans « les cabinets ministériels ».

Devant un public attentif, Mohamed Hakkou attire l’attention sur le scrutin des législatives, met en garde contre l’abstention « notamment chez les jeunes » et revient brièvement sur son programme avant de conclure « Vive la République des femmes et des hommes amoureux de justice », sous les applaudissements.

Tour à tour, d’autres interlocuteurs prennent la parole , essentiellement des politiques, candidats sans étiquettes dans différentes circonscription tels que Majid Touhami, Farid Debah, Salim Khelif, Abbes Benaissa de Solidarité et Progrès et  Fodé Sylla, ancien président de SOS Racisme) qui le félicite : «  Je suis content que tu aies choisis cette place, celle du Président Herriot » et de finir par une citation de Nelson Mandela « Tout ce que vous faites pour nous mais sans nous, vous le faites contre nous. »

Parmi eux, un jeune homme très attentif. Il souffre d’un handicap moteur aux bras et aux jambes. Il attend beaucoup des futurs députés, « il faudrait aussi aménager les trottoirs et arrêt de bus pour les personnes handicapés… on parle que des gens valides, on est mis à part, on nous a oubliés ». Pour le moment il s’interdit de juger François Hollande, « il vient d’arriver, on peut pas le juger, il faut attendre encore six mois ou un an ».

La prochaine Assemblée nationale sera-t-elle à l’image de la France ? Celle qui y siège depuis 2007 a été estimée la plus vieille de la Ve République. Le changement, c’est maintenant ?

Imane Youssfi

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022