Une foule prend forme petit à petit sur le trottoir voisinant la place du Président Herriot, à l’Assemblée Nationale. Parmi eux, Mohammed Hakkou. Son objectif ? Dénoncer une Assemblée nationale loin d’être représentative de la population française.

Le jeune trentenaire prend la parole tenant dans sa main, avec Majid Touhami, une photo de l’hémicycle et ses députés. Derrière lui, un public de soutient qui agite les drapeaux français. « L’Assemblée nationale d’aujourd’hui ne représente ni la réalité de la France, ni celle des Français », Mohamed Hakkou dénonce une « forme de reproduction sociale », une Assemblée ne comprenant « aucun élu ayant un handicap, ni d’ouvriers et peu de jeunes ».  Mohamed Hakkou salue « la parité au gouvernement » mais se désole qu’elle ne soit pas dans « les cabinets ministériels ».

Devant un public attentif, Mohamed Hakkou attire l’attention sur le scrutin des législatives, met en garde contre l’abstention « notamment chez les jeunes » et revient brièvement sur son programme avant de conclure « Vive la République des femmes et des hommes amoureux de justice », sous les applaudissements.

Tour à tour, d’autres interlocuteurs prennent la parole , essentiellement des politiques, candidats sans étiquettes dans différentes circonscription tels que Majid Touhami, Farid Debah, Salim Khelif, Abbes Benaissa de Solidarité et Progrès et  Fodé Sylla, ancien président de SOS Racisme) qui le félicite : «  Je suis content que tu aies choisis cette place, celle du Président Herriot » et de finir par une citation de Nelson Mandela « Tout ce que vous faites pour nous mais sans nous, vous le faites contre nous. »

Parmi eux, un jeune homme très attentif. Il souffre d’un handicap moteur aux bras et aux jambes. Il attend beaucoup des futurs députés, « il faudrait aussi aménager les trottoirs et arrêt de bus pour les personnes handicapés… on parle que des gens valides, on est mis à part, on nous a oubliés ». Pour le moment il s’interdit de juger François Hollande, « il vient d’arriver, on peut pas le juger, il faut attendre encore six mois ou un an ».

La prochaine Assemblée nationale sera-t-elle à l’image de la France ? Celle qui y siège depuis 2007 a été estimée la plus vieille de la Ve République. Le changement, c’est maintenant ?

Imane Youssfi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021