Dimanche 9 mars à Bondy, il y a eu près de 50 % d’abstention, mais cela n’a pas empêché le maire Gilbert Roger d’être réélu. Cette désertion relative des électeurs l’a peut-être même aidé un peu. Les abstentionnistes de la semaine dernière : pourquoi, comment ? Un bon sujet, ça. Allons voir ce qu’il en est en ce dimanche de second tour. Les jeux étant faits chez les Bondynois, les langues vont se délier plus facilement, me dis-je.

Je vais de ce pas à la gare de Bondy. La première personne que je rencontre est une dame. Pas de chance si j’ose dire, elle a voté et ne comprend pas « ceux qui ne l’ont pas fait ». Pourquoi ? « Tout va mal, ne serait-ce qu’entre les partis eux-mêmes, regarder l’UMP et le PS, ça décourage les gens. »

La deuxième personne est une demoiselle, Aïta. Elle connaît le Bondy Blog et, elle passe le bonjour à Idir. Cela fait plaisir d’être connu, n’est-ce pas, Idir ? Abstentionniste, Mademoiselle ? Du tout. Aïta est allée voter. Pas cool pour mon article. Son point de vue : « Les médias ont dit que c’était à cause du temps, de la pluie, qu’il y avait eu une forte abstention. » Elle sourit. Je sens chez elle une pointe d’ironie. Elle pense qu’il doit y avoir un mal-être à l’origine de tant d’abstention. L’appel au vote n’a pas été suffisamment fort, contrairement à ce qu’il avait été lors de précédents scrutins, estime-t-elle. Et puis, les municipales, c’est moins attrayant que les présidentielles. Aïta : « Ils n’ont pas confiance dans le pouvoir local, ils ne se rendent pas compte que toutes les décisions qui y sont prises nous concernent. »

Ça y est, un abstentionniste, j’en ai trouvé un ! Mais lui n’a pas voté à cause d’un problème familial, il était en Normandie. Cas de force majeure, donc, Monsieur n’est pas vraiment un abstentionniste. Voici Youssef. Il n’a pas voté car il n’a pas la nationalité française. De toute façon, dit-il, il ne sait pas s’il l’aurait fait. Il se définit comme « apolitique » et se place dans une situation d’ « observateur ». Son point de vue ? « Les gens ont l’impression qu’ont se fout de leur gueule. Ils ont perdu leurs illusions. » Pour Leslie, jeune demoiselle, « les gens savaient avant le premier tour que le scrutin était plié à Bondy. Ils se sont dit, cela ne sert à rien d’aller voter. » Pourtant, chaque voix compte…

Un dernier passant, un homme : « Ah bah oui ! J’ai été voter. Je ne sais pas pourquoi il y a eu autant d’abstention mais je sais que pour être un bon citoyen, il faut voter ! » C’est un beau mot de la fin, merci Monsieur.

Thomas Romain

Thomas Romain

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021