Nicolas Sarkozy s’exprime à la tv et s’adresse à tous les Français qui ont peur, disant qu’il veut les protéger. Dans la salle où on est tout le monde écoute. « C’est un fort, il est très fort », murmure un black, Franck Yonbouz, qui avait voté Bayrou pour faire obstacle à Sarkozy. « Là, ajoute-t-il avec un brin de dépit, le vent est en train de tourner en sa faveur. »

Quelques instants plus tôt, une militante de l’UDF estimait elle aussi que la mathématique était favorable au candidat de la droite, mais je dois dire que sa mathématique n’était pas si limpide que cela. J’aurais de la peine à vous la restituer. Ici l’ambiance est très mesurée, pas d’explosion de joie. J’ai l’impression qu’il y a peu de partisans de Sarkozy. Et ceux qui ont voté pour François Bayrou, assez nombreux en revanche, semblent très déçus. Quant aux électeurs de Ségolène Royal,ils ne pavoisent pas: ils ont l’air de trouver la victoire difficile et au fond, peu ont voté pour elle, la plupart ont voté contre lui…

Une seule personne est enchantée, c’est Marie-Françoise Colombani, journaliste à « Elle », qui s’enthousiasme de la participation et de l’intérêt des gens : « C’est génial ce qui s’est passé, j’ai reçu toute la journée des sms, comme un jour de final au mondial ! Et désormais, Royal ou Sarkozy, c’est le débat démocratique… »

Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021