On vient d’enregistrer la première partie de l’émission, celle qui devrait être en ligne vers 22h30. Pas mal de bugs techniques, à vrai dire. Avec Marseille, génial, le contact était très bon, mais Villeurbanne et Bondy étaient difficiles à joindre ou entendre. On espère faire mieux pour la deuxième prise. Mais en plateau, en revanche, le débat se déroulait bien.

Ségolène Royal fait son intervention à la télévision. Tiens! eux aussi ils ont des problèmes techniques, hé, hé, ça rassure. Comme avec Sarkozy, tout le monde se met devant le poste. Enfin, tout le monde… surtout des femmes – serions-nous des machos ? Je demande à Sandrine ce qu’elle en pense : « J’en dis que ça serait bien si elle y croyait un peu ! Ca manque de conviction. » Quelqu’un d’autre ajoute : « Le texte, ça va, mais le charisme… »

Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021