Les résultats sont tombés, tout le monde les connais, pas besoin d’en dire plus à ce sujet. Pour le soir du premier tour, je comptais suivre Lynda Asmani, candidate UMP dans la 5ème circonscription de Paris. Son assistant m’annonce la veille qu’elle sera au 55 rue de la Boétie au siège de l’UMP, où il y aura également une majorité de candidats parisiens. Une fois sur place, mauvaise surprise pour moi, la responsable de la presse me refuse l’accès du lieu. « Pas de blogueur ! » me répète-elle. Durant la campagne présidentielle, jamais l’UMP n’avait refusé le BondyBlog. Mais cette fois-ci, Nicolas Sarkozy est déjà président, fini les petits journalistes de banlieues qu’on chouchoutait pour recoller les morceaux entre l’ex-candidat et les quartiers populaires. La récréation est terminée. Maintenant, ils ne servent plus à rien. 

iTélé, TF1, LCI, BFM, ainsi que tous les grands médias sont présents, s’agissant du BondyBlog, l’entrée n’est pas possible certainement à cause de mes baskets. Une autre personne reste en rade sur le trottoir, un militant UMP qui vient de se faire jeter par un agent de la sécurité. Pas de fête ce soir au siège, l’accès n’est autorisé que pour les médias et les hommes politiques, c’est une « réunion de travail ». Pour ma part, je n’ai pas jeté l’éponge, je croise une journaliste qui se débrouille pour me procurer une accréditation et finalement je rentre.

A l’intérieur, comme d’habitude à l’UMP, petits fours et grand traiteur pour les journalistes, les articles seront sympas si les journalistes mangent bien ! Nicolas Sarkozy a-t-il les médias dans la poche ? En tout cas, il sait s’en occuper, il y a un coin réservé exclusivement pour l’équipe de TF1. Traitement de faveur pour un bon traitement de l’information de la part du plus gros média français. 20h, l’annonce des premières estimations, seulement quatre militants face à l’écran, derrière eux, dix fois plus de journalistes. Ils leur sautent dessus pour recueillir des impressions, ces militants sont la seule matière exploitable sur place. Les journalistes a qui j’ai parlé m’ont dit que le métier est dur, il faut être un chacal, se battre, se pousser, se marcher dessus pour une photo, une question, une vidéo, tous le déplorent, mais tous le pratiquent. L’arrivé de Raffarin puis de Devedjian confirme cette règle. Le premier répond à quelques questions, le deuxième monte à la tribune pour un mini discours. Quant aux candidats parisiens que je suis venu voir, je n’en croise pas un seul. Lynda Asmani recueille près de 29 % des voix, son adversaire socialiste Tony Dreyfus approche les 36,5 %. Rendez-vous le 17 juin.

En sortant du 55 rue de la Boétie, j’ai eu un grand plaisir à dire « Au revoir !» à la responsable de la presse. Son regard exprimait la défaite face au petit blogueur de banlieue.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022