A la fac de droit du Mans, les profs font la grève des notes. Un semestre que cela dure. L’objet du courroux ? Le projet de décret du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche portant sur une réforme du statut des enseignants chercheurs, on conduit plusieurs universités à ne pas dispenser de cours aux étudiants. Le 26 janvier, les facultés de droit du Mans, Paris II et Paris I ont suivi simultanément ce mouvement. Paris I annonce une grève illimitée à partir du 2 février. Au Mans, les professeurs ont organisé une réunion à destination de leurs étudiants afin d’expliquer les raisons de la rétention des notes du semestre écoulé.

Les voici : le projet de décret entend mettre en place une évaluation des enseignants par le président de l’université avec l’aide du conseil d’administration. Jusqu’à présent, l’évaluation était le fait d’une instance ad hoc. Pour Jean Matringe, professeur de droit public, c’est ouvrir la voie à l’« incompétence » ou au « clientélisme ». D’autre part, ledit projet entend moduler les services de l’enseignement. « Ceux qui sont bons dans la recherche pourront donner moins d’heures de cours, alors que les mauvais chercheurs en dispenseront plus. Donc, à terme, il n’y aura que les moins bon qui enseigneront », poursuit Jean Matringe. Pour les enseignants, la « grève » des notes vise à alerter les étudiants et à indiquer au ministère les risques de cette réforme en termes d’indépendance et de qualité de l’enseignement.

Les étudiants sont partagés sur la pertinence de cette action menée par les professeurs. Il y a ceux qui estiment que la rétention des notes s’apparente à du chantage et il y a ceux pour qui les enseignants ont raison d’agir ainsi. Les professeurs, de leur côté, affirment qu’« il ne faut pas négocier avec les étudiants, ne pas les impliquer dans ce mouvement qui regarde les enseignants au premier chef ». Jean Matringe : « Nous ne devons pas accréditer l’idée du ministère selon laquelle nous instrumentalisons les étudiants. Cela étant dit, rien n’empêche ces derniers d’exprimer leur mécontentement au ministère. C’est à eux de le faire. A eux de faire preuve d’imagination. »

Mimissa Barberis (Bondy-Le Mans)

Mimissa Barberis

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022