On te veut Nicolas. C’est le message que souhaitait faire passer Samy dans son post du 8 décembre. Pour donner forme à cette requête scripturale, les éminences grises du Bondy blog ont décidé d’envoyer un plénipotentiaire au charisme foudroyant émanant d’un corps bien fait et d’une tête bien pleine. Sada n’étant malheureusement pas disponible, c’est moi qu’on envoya au front. Tous les pontes de la droite se réunissaient ce samedi à la défense pour les forums de l’UMP, un débat est prévu sur le thème de la liberté avec comme participants Michèle Alliot Marie, J.P Raffarin plusieurs autres figures du parti, et bien sûr Nicolas Sarkozy.

« Tu veux inviter Nicolas Sarkozy à une interview ou lui poser ne serait qu’une question ? Tiens fume ! C’est du belge. », semblait me dire le regard de ces photographes avec qui je m’amassais contre le cordon de sécurité, sur le chemin que devait emprunter le ministre de l’intérieur. Je mourrais d’envie de lui poser une question qu’avait trouvée Antoine : « Vous avez tiré un trait sur la banlieue ? ». Mais ça ne sera pas pour cette fois, crier à pleins poumons ne sert à rien, son contact avec les médias se résumera ce samedi à une pause photo. Par contre certaines personnalités se sont montrées plus accessibles comme Christine Boutin ou Eric Woerth, maire de Chantilly et trésorier de campagne de monsieur Sarkozy.

Pour ce qui est du débat, on a l’impression d’une campagne présidentielle en boîte. Cela ressemble moins à un débat d’idées qu’à une nouvelle formule pour recracher les mêmes thèmes de campagne : le sujet de la liberté devient rapidement durant le forum « liberté de travailler plus de 35 heures ». On profite de l’occasion pour mettre un ou deux petits coups de dague dans le dos de l’adversaire : polémique sur le séjour de madame Royal au Liban. Le mot interdit est même lâché par notre ministre de l’Intérieur, Hitler s’invite dans la conversation : un parallèle assez étriqué sur le fait qu’à l’instar du député Hezbollah, le dictateur teuton fut aussi un élu du peuple. Le tout est bien sûr réalisé façon plateau télé avec retransmission par internet. J’en ai presque oublié le thème de départ… Ah ! Oui, la liberté.

Mouais ! En tout cas, ce n’est pas ce qui va m’aider à prendre ma décision dans les urnes en 2007, pas plus d’ailleurs la façon assez particulière que madame Royal avait eu d’esquiver nos questions. Pourtant chers candidats, le Bondy Blog serait très heureux de vous donner l’occasion de faire connaître votre projet politique à ses lecteurs. Alors, profitez-en, s’il vous plaît !

Idir Hocini

Pour m’éviter de gaffer ou encore de réaliser des entretiens Liebig (où l’on sert la soupe) je me mets sous les auspices d’Antoine Menuisier qui eut l’amabilité de me supporter près de trois bonnes heures.

Idir Hocini

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021