Elle se refusait jusqu’à présent de dire qui elle soutiendrait. Mais « le moment est historique » dit-elle au Bondy Blog annonçant son soutien à Benoît Hamon. Interview.

Quand on interrogeait Sylvine Thomassin, maire de Bondy (Seine-Saint-Denis) il y a encore quelques jours sur le candidat qu’elle allait soutenir, elle se gardait bien de donner son avis. Encore récemment, elle déclarait qu' »à partir du moment où aucun candidat ne représente les valeurs de Martine, je ne soutiens personne ». D’ailleurs, peu de maires de gauche en Seine-Saint-Denis ont annoncé publiquement leurs choix. Mais les temps ont changé : il y a eu d’abord le Carrefour des Gauches que sa ville a accueilli 26 novembre réunissant à ses côtés Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Claude Bartolone, Martine Aubry et qui n’a donné aucune solution à la crise de la gauche ; il y a surtout eu le renoncement inattendu de François Hollande. Aujourd’hui, Sylvine Thomassin annonce finalement au Bondy Blog qu’elle apporte son soutien à Benoît Hamon.

Bondy Blog : Vous disiez encore il y a quelques jours que vous ne soutiendrez personne. Pour quelles raisons avoir changé d’avis?

Sylvine Thomassin : C’est vrai, c’est ce que j’avais dit mais je considère le moment historique au vu de la situation du Parti socialiste en particulier et de la gauche en général. Personne n’est en capacité de dire ce que va donner la primaire, ce que va donner l’élection présidentielle. Moi, je suis une Aubryste depuis toujours mais Martine Aubry est en train de passer la main. Mon choix personnel, c’est de soutenir Benoît Hamon.

Bondy Blog : Pour quelles raisons lui apportez-vous votre soutien ?

Sylvine Thomassin : Pour moi, on ne vote pas  juste pour une personne, une incarnation, on vote pour des idées et un programme. Il n’y a pas de candidat de droit divin comme certains voudraient nous le faire croire. Benoît Hamon est selon moi, le seul, vraiment, à avoir beaucoup travaillé son programme, à développer de vraies idées sur la transformation du travail par exemple, à faire des propositions. Il est sans doute le plus écologiste des candidats. C’est pour moi celui qui arrive à réunir le mieux la gauche sociale et la gauche écologiste.

Bondy Blog : Le candidat de droit divin comme vous dîtes, c’est Manuel Valls ? Pourquoi ne pas le soutenir ?

Sylvine Thomassin : Je ne pourrai jamais soutenir Manuel Valls, ce n’est pas mon ADN. Pour moi, c’est un camarade du Parti socialiste mais il incarne une gauche identitaire, une laïcité punitive et une brutalité de ton que certains appellent « autorité« . Moi je suis pour le dialogue. Je serai toujours pour Jaurès plutôt que Clemenceau.

Propos recueillis par Nassira EL MOADDEM

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021