Le Bondy Blog ouvre ses colonnes à un ensemble de collectifs et d’associations citoyennes d’Île-de-France et de province. Ces acteurs de terrain rappellent un constat : les habitants des quartiers populaires subissent depuis des décennies inégalités scolaires, chômage, discriminations, violences policières. Ils appellent le Premier ministre à prendre ses responsabilités.

Entendez, Monsieur le Premier ministre, ce cri qui monte de jour en jour des quartiers populaires, cette soif de justice et d’équité.

Nous, collectifs et associations citoyennes qui intervenons depuis des années dans les quartiers populaires pour combattre les inégalités, promouvoir la solidarité et garantir la cohésion nationale malgré toutes les difficultés qui touchent nos concitoyens, nous vous appelons en urgence à venir nous rencontrer sur nos territoires.

Cela fait des décennies que la violence policière frappe dans les quartiers populaires et fait des victimes trop nombreuses. Cela fait des décennies qu’un sentiment d’impunité des policiers qui commettent ces actes perdure. En 2005, c’était Zyed Benna (17 ans) et Bouna Traoré (15 ans), à Clichy-sous-bois, qui mouraient électrocutés alors qu’ils étaient poursuivis par la police. Le 19 juillet 2016, c’était Adama Traoré (24 ans), de Beaumont-sur-Oise, qui mourait à la suite d’un contrôle d’identité. Aujourd’hui, c’est Théo (22 ans), d’Aulnay-sous-Bois, qui a été violemment pris à partie, insulté, roué de coups et violé, avec au final un arrêt de travail de soixante jours et un traumatisme physique et psychologique à vie. Combien de drames, de vies brisées faudra-t-il compter pour avoir enfin une réponse politique et nous rappeler que nous vivons dans un pays d’égalité et de droits de l’Homme ?

Nous exigeons que toute la lumière soit faite, que la justice soit à la hauteur de nos attentes et que cessent ces agissements inhumains, violents qui sont régulièrement condamnés par la Cour européenne des droits de l’Homme, Amnesty International et bien d’autres. Il faut mettre un terme à ces pratiques qui nuisent à nos valeurs républicaines et démocratiques et qui entachent les missions parfois difficile des forces de l’ordre.

Nous aimons à rappeler les propos de Gandhi : « La démocratie devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu’au plus fort ». Pourtant, depuis quarante ans, les habitants des quartiers populaires subissent des politiques publiques qui ne font qu’aggraver les inégalités.

Qui subit les premiers l’échec scolaire,  le chômage et les discriminations ? Les habitants des quartiers populaires ! Qui subit le non accès à la santé, à la culture, à des logements décents ? Les habitants des quartiers populaires !

Tout cela, vous le savez, Monsieur le Premier ministre, mais vous refusez d’entendre la colère des habitants des quartiers populaires qui ne font qu’exiger leurs droits face aux injustices et aux discriminations qu’ils vivent. La situation est très grave parce que les politiques ont brisé la confiance de toute une génération vis-à-vis de son pays et des valeurs qu’ils y ont apprises d’égalité et de droits de l’Homme.

Au-delà des constats, du passif et des tensions actuelles, nous, collectifs et associations citoyennes, sommes avant tout une force de propositions composée de talents et de compétences à l’image de cette France d’aujourd’hui qui innove et qui entreprend pour l’intérêt de tous.

Entendez-nous aujourd’hui. Demain, il sera trop tard.

Collectifs de quartiers et associations citoyennes d’Île-de-France et de province

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021