L’annonce est tombée hier en fin d’après midi, Azouz Begag démissionne, il ne sera pas remplacé. La nouvelle n’a eu pour le moment que peu d’impact à quelques jours du premier tour de la présidentielle. Le ministre ira-t-il même jusqu’à rater son départ du gouvernement ? Il faudra attendre quelques jours pour en être sûr. Pour ceux qui doutaient encore de l’utilité de son ministère et de la considération que l’équipe gouvernementale avait pour son travail, c’est tranché. Il reste trois mois avant que le nouveau gouvernement qui émanera des législatives prenne ses fonctions et le ministère de l’égalité des chances restera vacant.

On a souvent reproché à Azouz Begag d’être un ministre alibi. Il a fait la tournée des plateaux de télévision pour mettre sur la place publique le thème de l’égalité des chances mais il n’a jamais vraiment convaincu. Mais était-il convaincu lui-même ? L’auteur Azouz Begag avait pourtant été une véritable révélation pour des milliers de jeunes des quartiers qui se sont retrouvés dans « Le Gône du Chaâba » ou dans « Béni ou le paradis privé » qui présentaient pour la première fois l’immigration sous un visage avouable. Il a fait de nombreux essais sociologiques, notamment en analysant la distance qui sépare les quartiers sensibles des centres ville comme l’une des formes importantes de la ségrégation (« Du bon usage de la distance chez les sauvageons » Le Point, 1999). 

S’il est un auteur de référence sur les questions urbaines avec une empreinte incontestable, il sera complètement passé à coté de son ministère. Pourtant, il a eu mille occasions de s’affirmer ou de faire entendre sa parole. Il avait commencé à le faire au moment des violences en banlieue à l’automne 2005 en parlant de sémantique guerrière du ministre de l’intérieur mais il s’était vite couché lorsque Nicolas Sarkozy lui avait fait les gros yeux. Nous l’avions interrogé sur le sujet et il nous avait répondu qu’il n’y avait rien à ajouter et qu’il fallait ramener l’ordre. S’il avait menacé de démissionner à ce moment là, cela aurait eu un autre effet. Il a préféré se taire et rentrer dans le rang. Il a subi des humiliations de toutes sortes, nous avions entendu parler d’insultes racistes, de provocations physiques à son égard de la part de certains membres du gouvernement !

Azouz Begag aura-t-il fait avancer la cause  ou a-t-il été selon sa propre formule « l’arabe qui cache la forêt ? ». Il sortira dans quelques jours un livre intitulé « Le mouton dans la baignoire » en référence aux paroles de Nicolas Sarkozy lors de l’émission de TF1 « j’ai une question à vous poser ». Espérons qu’il reprenne goût à l’écriture.

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022