C’est dans une ambiance festive que la candidate socialiste de la circonscription regroupant Noisy-le-sec, Romainville et Bondy arrive à la salle des fêtes. Arrivée des plateaux télés des grandes chaînes hertziennes en tant que grande figure du PS, où elle a pu débattre véhément avec celle qui occupe actuellement le Ministère de la Justice, Elisabeth Guigou vient savourer le goût de sa victoire. Une soixantaine de sympathisants l’attendent bras dessus bras dessous. Beaucoup de visages familiers sont présents, notamment le maire de Bondy Gilbert Roger. Forcément, on est content, et soulagé aussi. Certes, au premier tour de cette élection législative, Elisabeth Guigou se trouvait en position de ballottage favorable face à la candidate UMP, Georgia Vincent. Certes, la 9ème circonscription de Seine-Saint-Denis est historiquement ancrée à gauche. Mais l’annonce d’un tsunami bleu, le virage à droite de nombreux fiefs traditionnellement de gauche confirmé le 6 mai dernier et la large victoire du candidat UMP Nicolas Sarkozy en ont fait douter plus d’un durant cet entre-deux tours.

C’est véritablement une double victoire que savoure la députée réinvestie. Non seulement, sur le plan local, elle conserve son siège à la Chambre des représentants, mais au plan national, le Parti Socialiste a su stopper la vague bleue qui menaçait de s’établir avec force. Des phrases reviennent de la bouche des différentes personnes entourant Madame Guigou, « un bon score national, un revers de la droite », « un résultat collectif », pour mieux souligner la demi victoire de la gauche, qui a fait mieux que les estimations des différents instituts de sondages, et la défaite d’Alain Juppé qui sonne tel « un réel avertissement au gouvernement ».

Elisabeth Guigou, un bouquet de roses rouges dans les bras, forcément, est tout sourire : « Je suis ce soir très émue de la confiance que les citoyens m’ont apportée. C’est un score plus que satisfaisant puisqu’il a augmenté de 4 points par rapport à 2002 ». Cinq ans plus tôt, Elisabeth Guigou, opposée à sa rivale de droite Georgia Vincent l’emportait effectivement à 56,4% des voix contre 43,6%. Ce 17 juin, l’écart s’est véritablement creusé puisque l’ancienne Garde des Sceaux l’emporte à 60,25% des voix, loin devant son adversaire qui n’a recueilli « que » 39,75%. Un résultat non négligeable donc : « c’est même mieux que la présidentielle » précise Elisabeth Guigou qui répète qu’elle veut « rendre la confiance que les Bondynois, les Noiséens et les Romainvillois m’ont témoignée dans les urnes ». La soirée se poursuit, les fidèles se mettent au refrain et chantonnent des classiques, de Oh Happy Day à Oh When The Saints. Tout le monde vient embrasser et féliciter la candidate qui n’en n’est plus une puisqu’elle a gagné. Demain, il faudra se mettre au travail. Le gouvernement prévoit un chantier important pour l’été. L’opposition relativement confortée parviendra-t-elle à se faire entendre sur des dossiers aussi sensibles que controversés comme l’augmentation de la TVA sociale ?

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021