C’est dans une ambiance festive que la candidate socialiste de la circonscription regroupant Noisy-le-sec, Romainville et Bondy arrive à la salle des fêtes. Arrivée des plateaux télés des grandes chaînes hertziennes en tant que grande figure du PS, où elle a pu débattre véhément avec celle qui occupe actuellement le Ministère de la Justice, Elisabeth Guigou vient savourer le goût de sa victoire. Une soixantaine de sympathisants l’attendent bras dessus bras dessous. Beaucoup de visages familiers sont présents, notamment le maire de Bondy Gilbert Roger. Forcément, on est content, et soulagé aussi. Certes, au premier tour de cette élection législative, Elisabeth Guigou se trouvait en position de ballottage favorable face à la candidate UMP, Georgia Vincent. Certes, la 9ème circonscription de Seine-Saint-Denis est historiquement ancrée à gauche. Mais l’annonce d’un tsunami bleu, le virage à droite de nombreux fiefs traditionnellement de gauche confirmé le 6 mai dernier et la large victoire du candidat UMP Nicolas Sarkozy en ont fait douter plus d’un durant cet entre-deux tours.

C’est véritablement une double victoire que savoure la députée réinvestie. Non seulement, sur le plan local, elle conserve son siège à la Chambre des représentants, mais au plan national, le Parti Socialiste a su stopper la vague bleue qui menaçait de s’établir avec force. Des phrases reviennent de la bouche des différentes personnes entourant Madame Guigou, « un bon score national, un revers de la droite », « un résultat collectif », pour mieux souligner la demi victoire de la gauche, qui a fait mieux que les estimations des différents instituts de sondages, et la défaite d’Alain Juppé qui sonne tel « un réel avertissement au gouvernement ».

Elisabeth Guigou, un bouquet de roses rouges dans les bras, forcément, est tout sourire : « Je suis ce soir très émue de la confiance que les citoyens m’ont apportée. C’est un score plus que satisfaisant puisqu’il a augmenté de 4 points par rapport à 2002 ». Cinq ans plus tôt, Elisabeth Guigou, opposée à sa rivale de droite Georgia Vincent l’emportait effectivement à 56,4% des voix contre 43,6%. Ce 17 juin, l’écart s’est véritablement creusé puisque l’ancienne Garde des Sceaux l’emporte à 60,25% des voix, loin devant son adversaire qui n’a recueilli « que » 39,75%. Un résultat non négligeable donc : « c’est même mieux que la présidentielle » précise Elisabeth Guigou qui répète qu’elle veut « rendre la confiance que les Bondynois, les Noiséens et les Romainvillois m’ont témoignée dans les urnes ». La soirée se poursuit, les fidèles se mettent au refrain et chantonnent des classiques, de Oh Happy Day à Oh When The Saints. Tout le monde vient embrasser et féliciter la candidate qui n’en n’est plus une puisqu’elle a gagné. Demain, il faudra se mettre au travail. Le gouvernement prévoit un chantier important pour l’été. L’opposition relativement confortée parviendra-t-elle à se faire entendre sur des dossiers aussi sensibles que controversés comme l’augmentation de la TVA sociale ?

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022