Tout se précipite au lendemain des élections régionales. Fadela Amara est annoncée partante. Elle serait en train de faire ses valises, entend-on à la radio. La nouvelle, si elle se confirme, ne surprendra pas. La secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville n’est plus dans les bons papiers du président de la République, et ce depuis pas mal de temps. Matignon lui coupe les vivres : faute de ressources, elle n’a pas pu organiser au début de l’année le troisième forum Espoirs Banlieues, qui devait se tenir à Nice et qui a été reporté au 9 avril.

La question de son remplacement se pose donc, et dès aujourd’hui, puisque le remaniement post-régionales pourrait être plié ce soir déjà. Cité sur France Inter, le nom de Rama Yade, l’actuelle secrétaire d’Etat aux sports. En la nommant à la ville, le chef de l’Etat limiterait les risques. Rama Yade est appréciée des Français, selon les sondages. Sa méthode de communication « je n’ai pas ma langue dans ma poche » pourrait plaire ensuite au public cible, celui des quartiers populaires.

Mais le chef de l’Etat pourrait lui préférer un profil justement plus populaire – Rama Yade n’est que du 9-2 – et vouloir créer une surprise dans un remaniement dont Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, a dit qu’il serait « technique » et « modeste », donc ennuyeux. Cette surprise pourrait s’appeler Sonia Imloul. Son nom circule comme possible successeur à Fadela Amara. Cette femme de 36 ans, non mariée, mère de deux enfants, habite un appartement au 16e étage d’une tour du quartier de La Courtille, à Saint-Denis (93). Candidate Nouveau Centre aux élections européennes de 2009, elle est chargée de mission « action sociale » à la Délégation interministérielle à la ville (DIV) – Fadela Amara est sa patronne – et fondatrice de l’association de prévention de la délinquance des mineurs Respect 93, créée en 2004, pour venir en aide aux enfants en difficulté.

Sonia Imloul aurait l’appui de Claude Bébéar, président d’honneur d’AXA et président de l’Institut Montaigne. Bébéar, qui a ses entrées à l’Elysée, consacre une partie de son temps à la promotion des talents dans les banlieues. Il a notamment soutenu la création de Business Angels des Cités, un fond d’investissement dédié aux entreprises de banlieue, et reste à l’écoute de tout ce qui bruisse de ce côté-là. L’année dernière, il a confié à Sonia Imloul, auteur en 2008 d’« Enfants bandits – la violence des 3-13 ans dans les banlieues » (éd. Du Panama), la rédaction d’un rapport sur les effets de la polygamie sur le comportement des enfants.

« Si j’étais nommée, j’aimerais que le secrétariat porte le nom suivant : secrétariat d’Etat à la politique de la ville et à l’intégration sociale, confie Sonia Imloul. Je séparerais l’humain de l’urbanisme, chose qui devrait être l’affaire seule du secrétariat chargé du logement. Mon travail serait en priorité tourné vers les enfants et les familles. Je constate qu’une bonne partie de l’avenir des quartiers se joue auprès des enfants âgés entre 6 et 8 ans. C’est à cet âge-là que les pouvoirs publics doivent être très présents en soutien des familles. »

Nicolas Sarkozy veut paraît-il d’une « anti-Amara » au secrétariat d’Etat à la ville. Rama Yade ? Sonia Imloul ? Une autre ? Un homme ?

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah, avec Antoine Menusier

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021