Ouvrons les hostilités en ce week-end plein sud. Un week-end à Paris, dédié à l’Union pour la Méditerranée (UPM), en présence de 44 chefs d’Etat et de gouvernement. Un week-end où le président Sarkozy sort le grand jeu au Grand-Palais. Où de grands démocrates, tels Bachar Al Assad ou l’ami Ben Ali, seront reçus sous les ors de la République française. Mais c’est un autre sujet.

Samedi, en levée de rideau, l’association Terrafemina.com a organisé un colloque tout aussi exceptionnel au Sénat. Un rassemblement où plus d’une quarantaine de femmes, toutes venues des pays concernés par l’UPM, ont évoqué la dure réalité de « la situation des femmes ».

Face à une assemblée à majorité féminine, Khedidja Belhadi, chef d’entreprise algérienne dans le secteur de la construction, prend la parole. Sans « crédit », sans « prêt », c’est « à partir de 1985 » qu’elle s’engage sur ce terrain « réservé aux hommes ». « Quand je suis arrivée dans le milieu du bâtiment, explique-t-elle, on voulait savoir ce que je faisais là ! » Une barrière sexiste qu’elle réussira à franchir. Aujourd’hui, elle est un symbole. Khadidja Belhadi est la première à avoir créé sa propre entreprise de construction en Algérie.

Une Syrienne, Sonia Khandji, vante le système syrien (démarche rare !), avec son « égalité des salaires » entre hommes et femmes, et qui a même « une femme vice-présidente ». Et en France ? Françoise Holder, directrice du groupe Holder (boulangeries Paul, Ladurée), n’a pas la langue de bois. Pour elle, qui a commencé à « travailler à 21 ans », « il ne faut pas dire que dans les pays du Nord, tout va bien ». Et pour cause, Françoise Holder, ancienne juge dans un tribunal de commerce, dit avoir été confrontée, dans cette corporation, au « machisme ».

La star de cette journée consacrée aux femmes est sans conteste Rama Yade. C’est en début d’après-midi que la secrétaire d’Etat débarque dans les couloirs du Sénat. La présidente de Terrafemina.com, Véronique Morali, l’accueille pour un discours. « Chères amies avec un E », salue Rama Yade. Puis, celle qui est chargée des droits de l’homme, annonce qu’elle mettra le droit des femmes « au cœur » de la présidence française de l’Union européenne.

Enfin, après avoir longuement évoqué Germaine Tillon, grande figure de la résistance disparue le 19 avril dernier, et avant de « saluer le combat des militants des droits de l’homme », elle déclare qu’elle se battra pour que « l’homosexualité soit dépénalisée ». Parviendra-t-elle à se faire entendre, notamment par l’Egypte, qui emprisonne les homosexuels qu’elle « chope » lors d’arrestations groupées ?

Les femmes se sont donc exprimées. Quelques hommes ont écouté. Aujourd’hui, les dirigeants, des mâles dans leur écrasante majorité, se feront des courbettes et prendront peut-être des décisions, plus techniques (dépollution de la Méditerranée, construction d’université, etc.) que politiques. Alors, est-ce que parmi cette quarantaine de chef d’Etat et de gouvernement, la situation de la femme sera débattue, au moins un peu ? Nous l’espérons. Khedidja Belhadi l’affirme : « C’est l’ère des femmes. »

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021