Je ne voulais pas regarder ce débat. Je ne voulais pas parler de lui. Ni candidat, ni élu. Ni journaliste, ni scientifique. Sans programme, sans casier judiciaire vierge de condamnation pour provocation à la haine raciale contre les Français musulmans.

Mais la parole lui est donnée depuis 15 ans, par des médias qui ont fait de lui un homme riche, qui se fout des pauvres, autant que les groupes médiatiques se foutent des accusations d’agressions sexuelles lancées contre lui.

Ni sa misogynie, ni son homophobie, ni son islamophobie, ni son révisionnisme, n’empêchent donc une direction de chaine d’information en continu comme BFM, de l’inviter.

Propulsé et financé par des journalistes irresponsables du service public comme Laurent Ruquier sur France 2, les milliardaires Bolloré sur CNews et feu Dassault au Figaro, l’homme sans programme, se retrouve ainsi repris, valorisé, légitimé, par d’autres médias aussi fainéants que complices, sans questions, ni critiques sur l’ignominie de son souhait d’expulser des millions de musulmans de France. Qu’importe le racisme, pourvu qu’on ait l’audience.

L’avis de Jean-Marie Le Pen devenu étalon du débat proposé par BFM jeudi 24 septembre dernier.

Mais soit. En 2021, en France, ni sa misogynie, ni son homophobie, ni son islamophobie, ni son révisionnisme, n’empêchent donc une direction de chaine d’information en continu comme BFM, de l’inviter à une caricature de débat pour qu’il expose sa haine de l’islam, supposément à l’origine du déclin de de la France où 5,5 millions de personnes ont eu recours à l’aide alimentaire. Pour lui, la peur d’être « expropriée de leur propre pays », passe évidemment avant la faim.

Je ne voulais pas regarder ce débat, parce que je ne voulais pas qu’il existe.

Je ne voulais pas regarder ce débat, parce que je ne voulais pas qu’il existe. Parce que je ne voulais pas m’imaginer qu’une nouvelle fois, à une heure de grande écoute, des millions de Français se fassent humilier publiquement à cause des prénoms donnés à leurs enfants. Pas une fois repris sur sa xénophobie, le multirécidiviste a cependant été corrigé sur les chiffres de l’immigration et des exilés par la cellule fact-checking de BFM. L’honneur de la profession est sauf. On humilie l’humain, mais avec les bonnes statistiques.

La notification des 5 moments-clés du débat Mélenchon-Zemmour.

Dans le studio, aucune vérification nécessaire sur d’éventuelles propositions des deux participants à propos de notre système de santé. On préfère laisser parler de la pigmentation de la France de 2050, dans un temps où l’on recense plus de 100 000 morts d’une épidémie qui déchire les plaies d’une société où un Français sur cinq est en situation de pauvreté. Priorité au triptyque immigration, islam, insecurité dans une éditorialisation aussi complice qu’obsessionnelle.

L’insécurité et l’immigration ont occupé 52 minutes du temps, contre 14 petites minutes pour l’urgence climatique.

Le frisson à l’idée d’inviter le monstre médiatique n’a pas de conséquences sur les privilégiés de l’entre-soi journalistique. L’exaltation malsaine pèse beaucoup trop lourd dans la furie télévisuelle en comparaison à l’effroi ressenti par des milliers de concitoyens musulmans, devant un débat où l’insécurité et l’immigration ont occupé 52 minutes du temps, contre 14 petites minutes pour l’urgence climatique. « Notre maison brûle », les médias pyromanes regardent ailleurs.

En tant que journaliste, j’ai souvent honte de ma profession. En tant que Français musulman, j’ai aussi honte de certains élus de premier plan, qui dans la course présidentielle légitiment la position de candidat providentiel d’un homme dangereux en lui faisant face sur un plateau. Aucun mot pour celles et ceux sans idées qui tentent de courir après son idéologie nauséabonde non plus. On ne combat pas le racisme par sa participation à une émission de télévision. On ne combat pas un délit par des idées, mais devant les tribunaux.

Jalal Kahlioui

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022