C’était une annonce qu’Emmanuel Macron avait fait à Tourcoing, dans le Nord, le 14 novembre 2017 lors de son déplacement sur le thème de la politique de la ville, mais qui a pris du temps à se concrétiser. Selon nos informations, une première réunion de travail, suivie d’un déjeuner, doivent se tenir ce mardi 13 mars à 11h à l’Élysée autour d’Anne de Bayser, la secrétaire générale adjointe de l’Elysée pour la mise en place du Conseil présidentiel des villes, initialement attendu pour février. L’entité s’inscrit dans la « mobilisation nationale pour la ville et les quartiers » appelée de ses voeux par Emmanuel Macron à Tourcoing.

Selon le cabinet du Président, cette entité est censée « créer et rassembler des personnes issues des quartiers populaires, de tout âge, de tout profil et animées par un engagement et reconnues pour leur expertise. Elles seront chargées de nourrir la réflexion du président de la République sur la politique de la ville« . Pas de politiques ni d’élus, promet-on à l’Élysée qui assure que le premier Conseil, dont la tenue avait été annoncée pour février, aura lieu « dans le courant du mois de mars ». Le Conseil présidentiel doit se réunir tous les trois mois pour suivre l’état d’avancement des dossiers.

Saïd Hammouche, Majid El Jarroudi, Laëtitia Nonone, Anne Charpy, Yassine Bellatar membres du Conseil

Ils sont déjà quelques acteurs et actrices de terrain des quartiers à avoir été sollicités par l’Élysée pour rejoindre le futur Conseil présidentiel des villes. Parmi eux, Saïd Hammouche, président et fondateur du cabinet de recrutement Mozaïk RH ; Mohamed Mechmache, fondateur de la coordination « Pas sans nous » et co-auteur d’un rapport pour une réforme radicale de la politique de la ville ; Laëtitia Nonone, présidente de l’association « Zonzon93 » et membre de « Pas sans nous » ; Anne Charpy, fondatrice des « Voisins Malins« , Majid El Jarroudi, fondateur de l’Adive, l’Agence pour la diversité entrepreneuriale, qui a mené la campagne d’Emmanuel Macron ou encore l’humoriste Yassine Bellatar qui se dit « proche d’Emmanuel Macron« .

Anne Charpy espère « faire remonter les pépites des quartiers« . « Avec Voisins Malins, nous faisons du porte-à-porte. On en voit du monde, les petites associations qui tiennent les bibliothèques, le médecin qui connaît tous les habitants… J’espère qu’on pourra mettre un peu ces gens dans la lumière et s’appuyer aussi sur ces ressources qui ont l’impression de ne pas être écoutées ».  

La question des moyens du Conseil présidentiel des villes va être importante

Laëtitia Nonone a elle aussi été sollicitée pour rejoindre le Conseil présidentiel ses villes et participera à la réunion préparatoire de ce mardi. « Mon défi sera de passer du constat aux actes concrets en faveur des habitants : qui ne tente rien n’a rien ! Je suis habitante de la Seine-Saint-Denis, mes actions associatives m’ont permis de me déplacer à Marseille comme à Mulhouse, à Mayotte… La politique de la ville concerne tout le territoire français : les problématiques des départements d’Outre-mer me touchent et me révoltent autant que celles des habitants de la Seine-Saint-Denis« , disait-elle le 8 mars lors d’un entretien au Bondy Blog.

Mohamed Mechmache dit, lui, rester « prudent« . « La question des moyens du Conseil présidentiel des villes va être importante. Aurons-nous les moyens pour agir ? On veut que ce Conseil serve à quelque chose et il faudra qu’on sache clairement quelle sera notre marge de manoeuvre. Ce qui m’intéresse c’est le fond, pas la vitrine », alerte le membre fondateur d’ACLEFEU à Clichy-Sous-Bois à la suite des révoltes de 2005 et actuel conseiller régional EELV d’Île-de-France. La réunion du 13 mars donnera le ton. Si quelque chose ne me plaît pas, je le dirais« .

Nassira EL MOADDEM

Articles liés

  • A Gennevilliers, un atelier du grand débat sans projecteurs, sans illusion

    Lundi 31 janvier se tenait, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), un des ateliers du grand débat national voulu par le président de la République. Là, pas de politicien à la manoeuvre mais un collectif associatif, Banlieue Respect. Résultat : deux heures d'échanges constructifs, sans réussir à attirer un large public ni même à convaincre celui présent de son réel intérêt. Reportage.

    Par Simon Mauvieux
    Le 18/02/2019
  • « Être militant dans les quartiers populaires, c’est très coûteux »

    Julien Talpin, chercheur en science politique au CNRS, s'intéresse de près à la question de l'engagement politique dans les quartiers populaires. Une problématique d'actualité, à l'heure où certains ont pu reprocher à demi-mots aux habitants des quartiers leur faible mobilisation dans le mouvement des gilets jaunes. Plus globalement, des gilets jaunes au grand débat national, de nombreuses questions sont ouvertes quant aux formes que prend la citoyenneté dans les quartiers populaires. Entretien.

    Par Anne-Cécile Demulsant
    Le 15/02/2019
  • Privé de parole face au président de la République, le maire de Stains dénonce une « mascarade »

    Avec trois autres maires du département, Azzédine Taibi avait déposé en décembre dernier un recours contre l’Etat au tribunal administratif pour « rupture d’égalité républicaine ». C’est de cela dont le maire (PCF) de Stains était venu parler, ce lundi, au président de la République lors du débat organisé à Evry-Courcouronnes avec 300 élus et acteurs des quartiers. Mais il n’a pas eu la parole. Le Bondy Blog a décidé de publier le verbatim de ce que l’édile aurait voulu dire à Emmanuel Macron.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 05/02/2019