«Ne commence jamais l’un de tes articles par une citation», m’avait dit Pierre-André à mes débuts dans le journalisme, en 1998. «Les guillemets sont inélégants; c’est choisir la facilité.» Il m’avait murmuré cela, en écrasant nerveusement sa cigarette pile au centre du cendrier, je m’en souviens très précisément.
Aujourd’hui, c’est la toute première fois que je brise cette règle que m’étais appropriée aussitôt.
Je reviens à l’instant de l’hôpital Bichat, à Paris, où Pierre-André Stauffer se remet lentement de son opération suite à son grave malaise. Il l’a eu ici même, lors de sa mission pour le Bondy blog.
Une autre fois, entre deux expressi bien serrés, il m’avait soufflé qu’il faut alterner les phrase courtes et les phrases longues. «Cela donne du rythme» Mais ce principe ne suffit évidemment pas, comme je l’avais saisi peu à peu, à mesure qu’il relisait mes textes en me soufflant patiemment quelques astucieuses corrections. Les phrases longes doivent «couler».
Cet après-midi, j’ai retrouvé Pierre-André comme je l’avais laissé le 6 janvier, quand je suis parti en voyage de noces. Grinçant, redoutable dans son décryptage de la psychologie d’un tel ou d’un tel, avec son petit rire qui ponctue chaque trait d’esprit.
Il va beaucoup mieux.
La veille de mon départ de Suisse, j’avais proposé à mes collègues de signer une carte pour lui. Mais je l’ai oubliée. «Bah! a fait Pierre-André. J’imagine bien le genre de carte dont il s’agit…»
Je suis allé le voir, accompagné de Kamel El Houari et de Mustapha Margoum. Ils voulaient lui rendre visite à l’hôpital depuis longtemps, mais ils l’avaient retardée jusque-là, de peur de le déranger. On aurait dit qu’ils allaient trouver leur propre grand-père.
J’avais les yeux embués.

Par Titus Plattner

Titus Plattner

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021