Elle s’appelait Marina, elle venait d’avoir 14 ans, elle est morte aujourd’hui  14 octobre  2011. 5 heure du matin, tout est fini, le cerveau de Marina vient de s’arrêter, cela faisait déjà  un jour qu’elle était dans le coma.

Cité Salengro à Drancy,  23h00, un appartement prend feu. La famille de Marina se réfugie sur le balcon. Marina préfère descendre par les escaliers. Elle fait le mauvais choix, elle s’évanouit. Lorsque les pompiers arrivent,  il la transporte à  l’hôpital Avicenne où elle tombe dans le coma. Vous connaissez la dramatique suite …

Vendredi 14 octobre 2011, tout le collège Liberté est sous le choc, la principale annonce, émue, que nous venons de perdre une élève. Des larmes et des cris, voilà tout ce que ses amis ont  pu faire.

13h30 une marche est programmée. Pratiquement  tout le collège, environ  300 personnes dont des professeurs,  les élèves  et la sœur de la victime en tête de cortège, escortés par cinq voitures de police, font une marche silencieuse qui  part du collège jusqu’au lieu du drame. Sur place, une minute de silence…

8h00, collège liberté des affiches sont faites « RIP MARINA », repose en paix en latin. Tous les  professeurs nous proposent de faire cours, certains sont plus secoués et décident de ne pas assurer leurs cours soit pour aller à la marche, soit tout simplement  parce qu’ils sont en deuil. Ce n’est pas tous les jours  qu’on apprend le décès d’un de ses  élèves. Beaucoup sont sous le choc. L’infirmière est passée dans toutes les classes pour nous rassurer, pour parler…

15h30, La marche revient de Salengro. Tout le monde est  en larmes,  les amis, les  proches, la  famille. Ils ont pu se recueillir une dernière fois pour Marina.

16h00, toutes les personnes revenues de la marche disent que c’est un incendie dramatique qui a coûté la vie à notre camarade.

Elle était trop jeune pour nous quitter, la vie est parfois injuste.

Mehdi  ICHOU

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021