C’est avec entrain que je me rends à la salle des congrès de Nanterre. L’ambiance de cérémonie, le discours solennel du maire Patrick Jarry et ceux de Fatiha et Soumaya, présidente et vice-présidente de l’association, laissent place à un film retraçant l’histoire de Zy’va. Puis la soirée s’est terminée sur une touche comique avec Imène, une jeune humoriste et Charlie, connu pour faire partie de la troupe du Jamel Comedy Club.
L’association a su durant ses 20 années d’existence se renouveler et innover. À travers le film on a pu voir des jeunes s’amuser lors d’un projet humanitaire à Cuba, où ils avaient comme défi de repeindre une école. Aussi, j’ai pu sourire en regardant un enfant raconter, fier de lui, avoir écrit deux contes et les avoir illustrés à travers le projet « creacité ». Mais ce n’est pas tout, deux jeunes Mourad et Ouali sont les comiques du quartier et font des sketchs au sein de l’association. Je me ren11024688_10153040041818190_309251989933423833_nds donc compte qu’un regroupement de quelques amis qui avait un objectif éducatif devient aussi culturel, social, économique, créant des emplois (jusqu’à 18 salariés). Cette association a été le moteur de vocations : créer du lien social par l’humour pour Mourad et Ouali, aider les jeunes à l’insertion pour la vice-présidente de l’association Somaya. Fatiha, la présidente de l’association, est enseignante et dit se sentir « plus citoyenne » par son implication dans sa vie de famille, auprès de ses élèves et avec les jeunes de Zy’va.
Tous les jeunes rencontrés se sentaient redevables. Ils estimaient qu’ils devaient apporter aux nouvelles générations la même chance qu’ils ont eu. Somaya a évoqué avec une pointe de nostalgie « j’ai eu la chance d’aller dans des musées, de voir des expositions, de faire de l’équitation, du golf, de l’escalade. » Avant de terminer son discours sur une citation d’Oscar Wilde, la voix tremblante et pleine d’émotion : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit toujours sur les étoiles. Et c’est ce qu’on fait à Zy’va ! ».
Il faut avouer que l’association Zy’va n’a pas toujours été certaine de sa pérennité. Un des six fondateurs de l’association, Mamadou, expliquait que le soutien des habitants a été d’une grande aide lorsque l’association connaissait des difficultés. « Il y a une entraide, les habitants soutiennent Zy’va. Par exemple, le film a été réalisé bénévolement par Mohamed Mekdoul. Hier à minuit, une jeune m’a appelé pour me demander si j’avais besoin d’aide dans l’organisation de la journée. C’est grâce à ces personnes qui sont nombreuses sur le Petit-Nanterre que malgré les barrières, les difficultés financières rencontrées dans le monde associatif que Zy’va est toujours là ».
Enfin, Zy’va toujours fidèle à elle-même, propose à la fin de la soirée anniversaire une jeune Imène très drôle, mais qui a le trac des premières scènes. L’association aime montrer de nouveaux talents, une jeune chanteuse charme le public juste après l’apparition de Charlie Nebo. Montrer la réussite, soutenir dans l’envie d’y arriver, découvrir les nouveaux talents c’est l’esprit Zy’va. Mamadou sait que les années à venir vont être difficiles au niveau budgétaire, mais il a confiance dans la relève.
Sonia Bektou

Articles liés

  • Langue(s) et origine(s) : « l’arabe et moi »

    Pourquoi en France un certain nombre de parents n'ont pas ou peu transmis leur langue maternelle à leurs enfants ? Pour tenter de répondre à cette question, nos blogueuses et nos blogueurs explorent leur histoire familiale. Ramdan nous parle, ici, de son rapport à l’arabe.

    Par Ramdan Bezine
    Le 02/06/2023
  • Ahmed : de prisonnier au Soudan à bénévole auprès des plus démunis à Paris

    Les sept vies d’Ahmed. On peut résumer ainsi le parcours semé d’embuches de ce réfugié soudanais en France depuis plusieurs années. Aujourd’hui, il emploie une grande partie de son temps libre à aider les autres. Portrait d’un bénévole militant.

    Par Christiane Oyewo
    Le 01/06/2023
  • Jeux Olympiques, Grand Paris : sur les chantiers, « les profits avant les vies »

    Précarité du travail, négligence de la formation, recours massif à une main d’œuvre sous-traitante ou intérimaire… Sur les chantiers du Grand Paris et des Jeux Olympiques, l’organisation du travail met en danger les ouvriers. À l’approche des JO, les cadences s’accélèrent et avec elles les risques encourus par les travailleurs. Matthieu Lépine, auteur de L’hécatombe invisible, revient pour le Bondy Blog sur les conditions de travail sur ces chantiers.

    Par Névil Gagnepain
    Le 25/05/2023