Les Assises du journalisme, c’est Woodstock sans la boue, la musique et les hippies. Des journalistes s’ébrouent dans tous les recoins. On les reconnait avec leurs smartphones au bout des doigts parce qu’ils tweetent à tout va. Malgré le côté festival de rock géant, c’est «  the place to be » pour les reporters de toutes les rédactions de France. Cette  année, tout le monde est sérieux et on planche sur un sujet grave : le moral des journalistes. Un poil nombriliste comme sujet, du coup la salle n’est pas remplie. Peu importe, Jérôme Sainte-Marie, président de l’Institut CSA, présente en exclusivité pour ces journées, les résultats d’une étude menée sur 5930 journalistes. On commence par un chiffre positif, histoire que les jeunes idéalistes ne se tirent pas une balle tout de suite : 85% des sondés font part de leur bonheur à exercer cette noble profession.  90% des sondés qui gagnent 3000 euros mensuels et plus se déclarent être très heureux. On ne voudrait pas sortir la boite à clichés mais il semblerait  bien que l’argent fasse le bonheur.

Mais comme l’homme est un éternel insatisfait, plus de la moitié des héritiers d’Albert Londres se plaint de ses conditions de travail. Une hausse vertigineuse de 23 points entre les chiffres de 2007 et ceux de 2011.

Sitôt tous les chiffres de l’étude déclinés, il faut faire preuve de beaucoup d’auto-persuasion pour se convaincre que oui on n’a toujours envie d’embrasser cette belle profession.

Le tour de table permet d’aborder d’autres sujets de préoccupation et de continuer de rêver : la précarité (qu’il est toujours difficile d’évaluer précisément), l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, la nécessité de lutter contre les stages de six mois destinés à remplacer un poste qui pourrait être occupé par un journaliste à temps complet, payé bien plus que les 417 euros mensuels gentiment prévus par la loi. La pause pendant cette table ronde fut salutaire. Elle me permit de m’enfuir, je ne suis pas encore prête à perdre mes illusions.

Faiza Zerouala

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022