Pourquoi aimez-vous Facebook ? Shannon : Facebook c’est le must ! Si tu l’as pas t’es hors line. Avant c’était MSN maintenant c’est Facebook. Tout tourne autour de ça. Avoir des amis, des messages, des dédicaces sur son mur, des commentaires, des clips et des vidéos. On aime les groupes les plus drôles, les photos les plus belles et les citations les plus touchantes. C’est un effet de mode. Qui sait, peut-être que dans deux ans plus personne ne se connectera, mais pour l’instant je suis le mouvement.

Joséphine : Avec Facebook on fait plein de choses. Premièrement on se détend, on rit, on parle à ceux qui ont déménagé, à la famille qu’on ne voit pas toujours. Facebook ça marque le temps. Ça nous suit partout : l’album photos de la dernière sortie de groupe, les vidéos d’anniversaires de vos amis, les rappels des bons moments… Mais c’est pas toujours génial que les gens savent tout sur nous.

Fatima : Je n’aime pas trop Facebook. C’est juste pour les potes que je ne vois presque jamais et qui n’ont pas de portable. Le problème avec Facebook, c’est trop public ! Dès que je dis quelque chose, trois cents de mes contacts sont au courant. Je pourrais faire un choix et sélectionner ceux à qui je dis tout. Mais si c’est pour avoir deux amis autant ne pas avoir de compte.

Pourquoi êtes-vous accro à Facebook ? Héléna : Je suis accro mais total ! Pour commencer j’y ai accès partout où je vais. Ça fait partie de mon abonnement téléphonique. Le problème avec Facebook c’est qu’il y a toujours des mises à jour à faire. De nouvelles demandes d’amis, en accepter, d’autres à envoyer. Des messages non lus. Il faut actualiser ses photos de profil, supprimer les identifications inutiles. Tout un travail. Au final on s’étonne que l’on passe autant de temps devant les écrans. Esther : La faille sur Facebook c’est que si on ne se connecte pas tous les jours on est à la ramasse. Les photos de nos copines, le statut d’un garçon qui nous intéresse… Facebook c’est offrir aux autres la possibilité de nous connaître.

Les parents n’aiment pas trop tout ça, ils nous le disent : « A quoi ça sert Facebook ? Mettre toute ta vie en ligne ! Les amis avec qui tu échanges – la majorité de tes liens, messages et photos – sont tes camarades de classe, ceux que vous voyez tous les jours ! Au pire il y a les portables mais il faut toujours plus pour cette génération. De mon temps on n’avait ni téléphone, ni ordinateur et pourtant on était tous très heureux et informés. »

Jade : Quand ma mère a appris que j’avais un compte Facebook, j’en a vu de toutes les couleurs. Je n’avais pas menti, je ne l’avais juste pas informée. Elle aurait bien fini par me demander. Je le lui aurais dit. De temps en temps je lui demande si elle veut voir mon profil. Ça pourrait laisser croire que ma mère est « parano », mais elle prend juste soin de moi. Au fond elle a raison. Trop de filles qui finissent mal à cause d’internet, de mecs qui font les durs mais qui après assument plus.

Lyes : Mes parents ne savent pas que j’ai Facebook. Pourtant je suis grand, je suis responsable. Mais apparemment il n’est pas question de ça. C’est juste qu’ils sont contre le fait que je fasse tout comme les autres. Il faudrait que je prenne des initiatives seul, que j’arrête de me fondre dans la masse. Je ne sais pas comment j’ferais s’ils étaient au courant, mais quoi de plus dur que l’interdit ! En plus, je passe déjà pas mal d’heures devant la télévision…

Dans une classe de sixième, plus de la moitié des élèves ont Facebook. A cet âge, 14 ans, on sait pianoter sur le clavier, télécharger des films, prendre des photos mais bloquer son profil… pas toujours. Remarquez, même les adultes ne sont pas très doués pour ça. Alors c’est au tour des profs de faire de la prévention en cours. On prévient le collégien qu’il faut bloquer son compte, mettre des mots de passe autres que sa date de naissance. Les professeurs conseillent d’attendre 14 ans pour avoir Facebook.

Qu’en disent les élèves ? Selma : Quatorze ans ans c’est trop tard ! Déjà que maintenant je lutte pour avoir un compte alors attendre encore trois ans ! Abdellah (a supprimé son compte) : Simplement parce que cela ne m’intéresse pas. Je n’ai pas confiance en internet. Ryan (s’est senti dépassé par la technologie) : Moi j’avais Facebook. J’ai supprimé mon compte, j’en avais assez premièrement : on ma piraté un bon nombre de fois. Secondement : ce truc c’est un truc de malade ! Tu commences tu peux plus t’arrêter ! Célina : Je ne sais pas. Pas le temps, pas l’envie. Je m’en moque pas mal de ne pas être comme les autres. Si ! Je me connecte sur MSN (rires) ! Et puis à quoi bon franchement ? Je ne trouve vraiment pas l’intérêt d’avoir un compte. Quelle perte de temps totale. Vraiment, si quelqu’un pouvait me dire à quoi ça lui sert. J’en serais ravie.

Jasmin Nahar

Paru le 28 mars

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022