Article initialement publié le 7 mai 2020

« La faim a mis tout le monde dehors. » Le constat de Rachid Arar, le fondateur de « La table ouverte », une association qui livre des repas aux plus démunis, prend forme sous nos yeux. Ce dimanche à Barbès, la file d’attente s’allonge devant le point de distribution alimentaire.

« Aujourd’hui, il y a des personnes qui font la queue et qui n’auraient jamais pensé être là, observe-t-il. Ils ont dû attendre la dernière minute. » Rachid Arar est un enfant du quartier, « un titi » comme il le dit en souriant. Il est né, est resté et s’est engagé dans cette portion de Paris qui se gentrifie d’un côté et s’enlise de l’autre dans la pauvreté.

L’engagement pour Rachid Arar commence de façon informelle puis se poursuit à travers son association montée en 2009. Depuis le début du confinement, l’association s’est mise en mode opération d’urgence avec de plus en plus de bénéficiaires à ses portes. Aujourd’hui, 650 litres de soupes et des denrées alimentaires sont distribués à la Friche, 4 rue des Poissonniers.

Une opération qui bénéficie du soutien de la grande mosquée de Paris, de la mairie de Paris et de donateurs. Des repas sont aussi livrés dans des hôtels sociaux, à l’église Saint-Bernard ou encore pour les mineurs étrangers isolés. Avant la crise, ils organisaient d’autres événements comme des thés dansants avec les résidents de l’Ehpad du coin. Forcément plus compliqué aujourd’hui.

Des centaines de repas distribués chaque jour

Dans les cuisines de « La table ouverte », les bénévoles s’activent, les soupes mijotent et des centaines de dattes sont emballées dans des petits papiers. Des denrées sont mises de côté, prêtes à être envoyées aux différents bénéficiaires. Avec le début du ramadan, l’association a changé ses horaires de distribution et doublé son nombre de repas distribués, passant de 250 repas distribués chaque midi à près de 500 à chaque fin de journée. « On pensait avoir 40, 50 bénéficiaires et on s’est retrouvés avec des centaines de personnes », nous dit un bénévole.

L’équipe de bénévoles à la manoeuvre chaque soir / (C) Héléna Berkaoui

Une fois les soupes préparées, les bénévoles se dirigent vers la Friche, à deux minutes de l’Institut des cultures de l’islam où l’association est basée. C’est là qu’ils finissent de préparer les paniers-repas et commencer à installer les marmites. A la chaîne, les mains s’activent alors pour remplir les paquets : du pain, des dattes, des laitages, une boisson.

Quelque 400 sacs s’entassent sur la table. A l’extérieur, les bénéficiaires commencent à faire la queue. Deux files, les hommes à droite, les femmes et les plus fragiles à gauche pour faciliter la distribution. Des jeunes du quartier régulent le flux et s’assurent que la distance d’un mètre est bien respectée.

Qu’est-ce qu’il va se passer après ?

La distribution démarre sur les coups de 17 heures, les bénéficiaires arrivent munis de leur récipient pour récupérer la soupe et repartent avec le sac de denrées. L’organisation, parfaitement rythmée, se fait entre les bénévoles de longue date et ceux arrivés plus récemment. Khadidja est là depuis environ trois semaines, elle a profité du confinement pour prêter main forte mais son boulot ne devrait pas tarder à la rappeler.

Près de 500 sacs de ce type sont distribués chaque soir / (C) Héléna Berkaoui

Aujourd’hui, l’association a besoin de plus de mains. Le déconfinement à venir et la fatigue pourrait grignoter les effectifs. « Qu’est-ce qu’il va se passer après ?, se demande déjà Rachid Arar. Le 11 mai, les porte-monnaie ne seront pas déconfinés donc on va continuer, il va falloir plusieurs mois pour que ça revienne à la normale. »

Chérif, un bénévole de longue date, note aussi que « d’année en année, le nombre de bénéficiaires augmente ». La crise a fait apparaître des files d’attente aux abords des points de distribution alimentaire à Barbès, à Clichy-sous-Bois ou ailleurs. L’image est alarmante et rend les inégalités, déjà insupportables, d’autant plus criantes.

Pour ceux qui sont tombés dans la pauvreté, qui ont perdu leur salaire ou qui accumulent des loyers de retard, le chemin risque d’être long. Que va-t-il se passer après ? La question de Rachid Arar soulève beaucoup d’inconnues. Aujourd’hui les médias sont là, les élus viennent filer un coup de main ou saluer les bénévoles. Et demain ?

Héléna BERKAOUI

Crédit photo : HB / Bondy Blog

Pour contribuer à la cagnotte de La table ouverte : cliquez ici

Pour se porter bénévole, envoyer un SMS au 06 66 68 44 68

Articles liés

  • Mort de Mahamadou Fofana : la famille ne croit pas à la version policière

    Dans la nuit de 13 au 14 septembre, Mahamadou Fofana est décédé à Bougival (Yvelines), l’homme de 35 ans est le cousin germain d’Adama Traoré. Selon la police il se serait noyé après s’être jeté dans la Seine pour échapper à une interpellation. Cette version, la famille n’y croit pas. Dès lundi ils ont lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé la nuit du drame. Ce mercredi matin, la famille et ses proches ont eu accès au corps du défunt.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2020
  • « Notre corps, nous mêmes » : le livre qu’il nous manquait

    "Notre corps, nous mêmes" est un ouvrage féministe, collectif qui se veut utile à toutes les femmes pour leur permettre d'avancer et de se comprendre dans une société où la lutte féministe se redéssine. Eva Fontenelle a rencontré deux des co-autrices qui racontent la genèse du projet.

    Par Eva Fontenelle
    Le 14/09/2020
  • Fatima Ouassak, l’appel de la mère

    Et si les mères reprenaient le pouvoir ? C'est toute la question politique et sociétale que s'est posée la politologue Fatima Ouassak pour son essai "La puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire", paru le 27 août 2020. Sarah Belhadi l'a lu, et en analyse les grandes idées.

    Par Sarah Belhadi
    Le 07/09/2020