Mercredi, Claude Guéant a fait un saut à Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris. Le ministre de l’intérieur s’y est rendu suite aux violences subies par des habitants et commerçants de ce quartier populaire aux multiples origines. Suite, surtout, à la manifestation contre l’insécurité du 19 juin. Il a tenu à rassurer la population et proposé des mesures visant à remédier à cette situation.

Il a d’abord rendu visite aux proches de Hu Jiang, la « victime de trop », agressé le 29 mai, dans le restaurant où celui-ci travaillait, le « Nouveau Palais de Belleville ».  Il est ensuite allé au restaurant « Le Pacifique », situé à 100 mètres de là, où il s’est entretenu avec des élus locaux, dont la maire du 20e, Frédérique Calandra (PS) et le sénateur maire du 19e, Roger Madec (PS), des responsables d’associations chinoises comme l’AJCF (Association des jeunes chinois de France), l’Union des commerçants d’Aubervilliers pour la solidarité, mais aussi des représentants de l’ambassade de Chine.

Pendant près d’une heure le ministre a écouté les doléances de ses interlocuteurs et dit vouloir « mettre le paquet pour renforcer le sentiment de tranquillité ». En travaillant par exemple sur la prévention de la délinquance auprès des jeunes (accompagner les prédélinquants, lutter contre l’absentéisme), en améliorant la justice des mineurs pour plus de rapidité dans l’application des sanctions et en instaurant des peines plancher pour les délinquants. Un arsenal pratique ou théorique déjà connu et qui sera sans doute à nouveau servi aux Français à la présidentielle de 2012…

La visite du ministre a plutôt bien été accueillie et les participants à la réunion lui ont fait part de leurs remerciements. Ahn Dao Traxel, la « fille de cœur » du couple Chirac, d’origine vietnamienne : « Le 19 juin vous étiez absent. Mais merci d’avoir reçu le message. Les Asiatiques veulent avoir un traitement égal pour avoir la paix dans la République. Je veux un nettoyage des racailles et voyous pour vivre en tranquillité. » Olivier Wang, coorganisateur de la manif du 19 juin : « Le dispositif de sécurité s’est amélioré depuis la collaboration avec Brice Hortefeux. Nous devons continuer à nous battre. »

Mais au-delà de ces remerciements, pour ainsi dire d’usage, il y a aussi, surtout, le souhait que toutes ces paroles se traduisent en actes. Sacha Lin, président de l’AJCF : « Le cri du 19 juin a été entendu et je suis plutôt satisfait que le ministre se déplace pour venir nous écouter. Mais à présent, j’attends les actes concrets, c’est pour ça que nous sommes présents. Sinon on devra encore réagir. Et cette fois-ci j’espère que d’autres personnes et d’autres communautés se joindront à nous. Car après tout, le problème touche tout le monde sans exception. Mais à l’avenir j’aimerais qu’on parle plus des habitants de Belleville que des Chinois de Belleville. »

Depuis le mois de janvier, 25 policiers patrouilleurs ont été spécialement affectés dans ce secteur et d’après eux, « la situation s’est améliorée même s’il reste du boulot ». Mais pour les habitants et commerçants, rien n’a changé, cela s’est même dégradé.

Bao, un commerçant du quartier, posté devant son magasin pour voir passer Claude Guéant : « Je trouve ça bien qu’un ministre vienne ici pour voir ce qu’on vit. Mais il aurait dû venir un dimanche. C’est le dimanche que ça bouge le plus. Il y a les mariages et les voyous le savent très bien, donc ils en profitent. » Une de ses clientes interrompt notre conversation, elle est de type asiatique. Elle me confie : « Vous savez, sur moi, j’ai une bombe lacrymogène. Je ne sors plus sans depuis que ma fille s’est faite agresser. Même pour acheter des fruits ! C’est de plus en plus dangereux ici. »

En me promenant, je rencontre Xavier, la trentaine, il vit depuis dix ans à Belleville. Je lui demande s’il sent une tension grandissante dans le quartier. « C’est toujours de la tension, ici, mais c’est vrai que là c’est plus tendu que d’habitude. Les Chinois sont de plus en plus méfiants et j’ai l’impression qu’ils se replient de plus en plus sur eux », dit-il. « Un repli communautaire ? », je lui demande. « Bah oui, de toute façon c’est très communautaire, ici. Les gens ils ne traînent pas trop ensemble. Les Chinois entre eux, les Rebeus aussi, les Blacks aussi. Et ce qui est dommage c’est que les seuls échanges entre communautés se font par agressions. Bon je dis ça sans racisme tu sais, mais faut le dire qu’ici jamais tu ne verras une mama africaine se faire arracher un collier ! C’est toujours les mêmes les agressés et toujours les mêmes les agresseurs. Donc forcément, ça donne une image de tensions communautaires et les gens se replient. »

Dans un café, je rencontre Redouane et Karim, des « habitués du coin », comme ils disent. La vision de Redouane du quartier est différente de celle des autres personnes interrogées : « Ici il y a des agressions mais comme il y en a partout ailleurs. Faut pas dramatiser non plus. C’est des petits cons qui font ça, faut pas généraliser ensuite comme quoi c’est tout les Arabes. Moi c’est ça qui m’énerve, c’est que les gens généralisent après. »

Karim enchaîne : « Moi je les comprends, les Chinois, c’est bien ce qu’ils font. Moi aussi personnellement ça me fait plaisir qu’on vienne ici mettre de l’ordre, comme ça tout le monde est content. Mais il a raison, mon ami, le problème c’est qu’on généralise trop aussi. Mais moi les Chinois, ils me connaissent, ils savent que je suis un bon Arabe ! », dit-il en rigolant.

Prosith Kong

Articles liés

  • Le piège du trading des influenceurs pour les jeunes de quartiers

    Sur les réseaux sociaux, des célébrités de la téléréalité encouragent leurs abonnés à se lancer dans la spéculation en ligne, avec un storytelling taillé pour les quartiers populaires. Les autorités financières mettent en garde contre ce phénomène dangereux. Une enquête réalisée avec notre partenaire Mediapart.

    Par Emilie Duhamel, Yunnes Abzouz
    Le 25/10/2021
  • Assia Hamdi, un livre pour l’égalité dans le sport féminin

    Avec son livre 'Joue-la comme Megan', la journaliste sportive Assia Hamdi raconte la bataille des sportives pour la défense de leurs droits et leur liberté. La journaliste explore différentes problématiques liées au sport féminin : l’égalité salariale, l’injonction à la féminité ou encore les questions liées au corps féminin comme les menstruations ou la grossesse. Interview.

    Par Emeline Odi
    Le 25/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021