Les joueurs U19 du club Jeanne d’Arc de Drancy ont, pour la première fois, récolté 120 cadeaux pour des enfants défavorisés de leur ville. Ce 23 décembre, distribution a été faite dans une salle de la commune de la Seine-Saint-Denis. Le Bondy Blog y était. Reportage.

L’atmosphère est bon enfant ce 23 décembre à Drancy ( Seine-Saint-Denis) et pour cause : la trentaine de bambins et de jeunes ados âgés de 3 à 13 ans, accompagnés de leurs parents, sont venus à la distribution de cadeaux de Noël organisée par Jeanne d’Arc de Drancy (JAD), le club de foot local, et notamment son équipe de jeunes des U19. « On ne court pas dans la salle », prévient Stella Laou, éducatrice à la mairie de Drancy alors que les enfants s’impatientent. Ils viennent tous de la commune de Seine-Saint-Denis, une majorité d’entre eux habite les immeubles et quartiers à proximité de l’hôtel de ville.

« C’est un bonheur de voir ça« 

Un brin d’impatience titille les enfants.  La distribution des cadeaux, initialement prévue à 14h, a pris du retard ; l’entraîneur des U19, Himed Hamma ainsi que Anthony Mangin, premier adjoint au maire en charge de la politique de la ville n’étant toujours pas arrivés. Finalement, leur patience sera récompensée : les jeunes footballeurs commencent enfin à distribuer les divers cadeaux collectés; des jeux de société aux consoles vidéo en passant par des peluches et des livres. Filles et garçons affichent un large sourire, émus devant les paquets qu’ils recevaient. Ils sont nombreux les « mercis » adressés aux joueurs qui leur remettent les cadeaux en personne. Les poignées de main sont tout aussi chaleureuses. S’ensuit une série de photos où entraineur, joueurs, personnel de la mairie et enfants avec leurs cadeaux se regroupent pour immortaliser ce moment. « On s’est retrouvé avec plus de 120 jouets. Il y avait de tout pour rendre heureux ces enfants », s’enthousiasme Himed.

La collecte de Nöel des U19 de Drancy est un franc succès. « C’est un bonheur de voir ça », affirme Ricardo Pereira, père de famille, habitant à côté de la mairie, venu avec ses enfants. Kydian, son fils aîné de 8 ans, a reçu trois cadeaux, dont une moto. « Les deux autres, je vais les découvrir au moment de Noël », précise-t-il, à la fois intimidé et ravi. Son ami Ayden, 6 ans, se montre plus expansif. « J’ai eu une voiture de course et un livre », indique-t-il, le regard souriant en cette journée d’hiver.

« J’ai moi aussi reçu des cadeaux de la part des gens »

Cette initiative n’est pas une première pour l’entraineur : il avait déjà eu la même démarche avec les U19 de l’Entente Sannois-Saint-Gratien (Val-d’Oise) lorsqu’il il entrainait cette équipe avant d’arriver à Drancy. Sa démarche a été acceptée par tous ses joueurs. « On a tous décidé d’y contribuer, de ramener ce qu’on pouvait pour les jeunes », témoigne Mohamadou, joueur des U19 de la JAD. Les jeunes ont récolté les cadeaux en fonction de leurs moyens. Djolé, son coéquipier, a acheté des jouets tandis que Mohamadou a ramené des jeux qui lui appartenaient. Ce dernier participe d’autant plus à ce type de démarche qu’il en a bénéficié dans son enfance. « J’ai moi aussi été à la place de ces enfants, à recevoir des cadeaux de la part des gens. Donc, ça me fait plaisir de rendre en retour », confie-t-il. Quant à Djolé, il avait déjà expérimenté cette forme de Noël solidaire avec ses parents dans le passé. « On achetait des cadeaux et on les déposait ensemble pour une association », se remémore-t-il.

Cette collecte de la part des joueurs de Drancy s’adresse aux familles en difficulté qui suivent le programme de réussite éducative de la commune. « Il est cofinancé par la ville et l’État, à destination des enfants, avant tout, de 2 à 18 ans, qui ont obligatoirement une problématique éducative. On prend en charge l’accompagnement éducatif, le soutien à la parentalité, l’organisation de sorties, on permet aussi une prise en charge psychologique si besoin », précise au Bondy Blog, Khadija David, directrice de la politique de la ville à la mairie de Drancy. « Notre service s’occupe d’enfants qui ont parfois des difficultés scolaires. Et donc, le but est de les aider à réussir, de remettre l’égalité des chances en fait », complète Stella Laou qui accompagne ces enfants.

Vers d’autres prochaines actions

Cette collecte est une première à Drancy. Tous espèrent voir cette initiative continuer dans les années à venir. « Je pense que la ville continuera à soutenir. Nous organiserons ce type de collecte avec grand plaisir l’année prochaine », avance enthousiaste, Khadija David. « Tout le monde peut le faire », rajoute Mohamadou. « Je vais essayer de faire en sorte qu’une fois par an, on arrive à réaliser ce genre d’action« , espère l’entraîneur Himed Hamma. Première réussie en tout cas.

 Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021