Destination : Le Grand Pressigny, en Indre-et-Loire. Une terre inconnue pour les titis parisiens que sont Idriss, Tarek et Chakir. En ma compagnie, ils ont accepté d’y passer une semaine de découverte. La raison de tout ça ? Un peu de choc de géographie, de générations et pourquoi ne pas le dire, de cultures, ce qui ne peut pas faire de mal.  

Au programme : des rencontres, des échanges à bâtons rompues sur l’actualité, les difficultés que chacun, là où il habite, peut avoir dans son quotidien (emploi, pouvoir d’achat, loisirs, etc.). Un choc des cultures, certes, mais des émotions en « vrai », qui risquent bien de faire trembler, sinon tomber, quelques barrières, comme celles de l’ignorance. 

Vous connaissez très bien le Bondy Blog, mais vous devez sûrement vous demander d’où sort cette association, lassoce2luisa. Eh bien, elle est issue du 19e arrondissement de Paris. Elle a été créée par sa présidente Nadia Méhouri (c’est moi !) avec la participation de jeunes lascars de la cité Ourcq et de Laumière. C’était pendant les émeutes de 2005. Les voitures de France brûlaient et les feux étaient allumés par des jeunes de quartiers difficiles suite à la mort de deux adolescents de Clichy-sous-Bois. 

Les images de ces scènes de pyromanie retransmises par les télés ne pouvaient qu’inquiéter les Français et la réputation des jeunes des cités «issus de l’immigration» en a pris un sacré coup. Nous avons imaginé à l’époque un projet intitulé « A la rencontre de ce pays qui est le mien ». Afin de rétablir un certain nombre de vérités, comme celle-ci : « Nous ne sommes pas des sauvages. » C’est Bouba, 19 ans, qui le dit, un des premiers à avoir participé à cette aventure. L’idée, c’était de partir à la campagne avec quelques jeunes volontaires de mon quartier pour qu’ils fassent connaissance avec les « ruraux », et inversement, par-delà les images de la télé. Idriss 20 ans : « Tu peux m’envoyer n’importe où, je serai capable de m’adapter, je trouverai ma place». Tarek, 12 ans, compte bien le faire savoir à tout le monde : « Puisque Internet c’est mondial, le monde saura que le quartier d’Ourcq ne deviendra pas un ghetto. Noir blanc… on peut tous y vivre en paix». De son côté, Chakir (cf photo), 19 ans, se pose d’autres questions : « Tu crois que je pourrais trouver un taf là-bas ? » 

Suite au succès de cette démarche, nous organisons cette année un sixième séjour du 21 au 26 juillet 2008 au Grand Pressigny, un petit village gaulois d’Indre-et-Loire où nous serons reçus par son maire, François-Nicolas Joannes à l’occasion du festival de théâtre annuel (les Paysages Nocturnes). Le Bondy Blog a accepté d’être notre partenaire pour cette escapade et nous vous en narrerons quotidiennement les hauts faits, par le biais d’articles, de photos et de vidéos. Rendez-vous toute la semaine prochaine pour suivre cette aventure à la campagne. 

Nadia Méhouri

 

 

 

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021