Destination : Le Grand Pressigny, en Indre-et-Loire. Une terre inconnue pour les titis parisiens que sont Idriss, Tarek et Chakir. En ma compagnie, ils ont accepté d’y passer une semaine de découverte. La raison de tout ça ? Un peu de choc de géographie, de générations et pourquoi ne pas le dire, de cultures, ce qui ne peut pas faire de mal.  

Au programme : des rencontres, des échanges à bâtons rompues sur l’actualité, les difficultés que chacun, là où il habite, peut avoir dans son quotidien (emploi, pouvoir d’achat, loisirs, etc.). Un choc des cultures, certes, mais des émotions en « vrai », qui risquent bien de faire trembler, sinon tomber, quelques barrières, comme celles de l’ignorance. 

Vous connaissez très bien le Bondy Blog, mais vous devez sûrement vous demander d’où sort cette association, lassoce2luisa. Eh bien, elle est issue du 19e arrondissement de Paris. Elle a été créée par sa présidente Nadia Méhouri (c’est moi !) avec la participation de jeunes lascars de la cité Ourcq et de Laumière. C’était pendant les émeutes de 2005. Les voitures de France brûlaient et les feux étaient allumés par des jeunes de quartiers difficiles suite à la mort de deux adolescents de Clichy-sous-Bois. 

Les images de ces scènes de pyromanie retransmises par les télés ne pouvaient qu’inquiéter les Français et la réputation des jeunes des cités «issus de l’immigration» en a pris un sacré coup. Nous avons imaginé à l’époque un projet intitulé « A la rencontre de ce pays qui est le mien ». Afin de rétablir un certain nombre de vérités, comme celle-ci : « Nous ne sommes pas des sauvages. » C’est Bouba, 19 ans, qui le dit, un des premiers à avoir participé à cette aventure. L’idée, c’était de partir à la campagne avec quelques jeunes volontaires de mon quartier pour qu’ils fassent connaissance avec les « ruraux », et inversement, par-delà les images de la télé. Idriss 20 ans : « Tu peux m’envoyer n’importe où, je serai capable de m’adapter, je trouverai ma place». Tarek, 12 ans, compte bien le faire savoir à tout le monde : « Puisque Internet c’est mondial, le monde saura que le quartier d’Ourcq ne deviendra pas un ghetto. Noir blanc… on peut tous y vivre en paix». De son côté, Chakir (cf photo), 19 ans, se pose d’autres questions : « Tu crois que je pourrais trouver un taf là-bas ? » 

Suite au succès de cette démarche, nous organisons cette année un sixième séjour du 21 au 26 juillet 2008 au Grand Pressigny, un petit village gaulois d’Indre-et-Loire où nous serons reçus par son maire, François-Nicolas Joannes à l’occasion du festival de théâtre annuel (les Paysages Nocturnes). Le Bondy Blog a accepté d’être notre partenaire pour cette escapade et nous vous en narrerons quotidiennement les hauts faits, par le biais d’articles, de photos et de vidéos. Rendez-vous toute la semaine prochaine pour suivre cette aventure à la campagne. 

Nadia Méhouri

 

 

 

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021