C’est dans la salle comble de la mythique Cigale à Paris que les rappeurs Sadek, Vald, Ninho et Rim’k se sont produits et ont interprété leurs plus grands tubes. Au grand bonheur d’un public particulièrement jeune. Mais ce soir-là, le concert n’est pas un concert comme les autres. « C’est génial de voir cette jeunesse réunie autour du rap évidemment mais aussi autour du combat contre le mal-logement. On voit que c’est sincère, qu’ils ont compris le sens et l’engament des rappeurs à nos côtés contre le mal logement ». Ces mots sont ceux de Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre à l’initiative du concert. Au cours d’une soirée animée par Fred, le célèbre animateur de l’émission « Planet Rap » sur les ondes de Skyrock et Hédia présentatrice sur la chaîne MTV, les artistes ont sensibilisé le public à la lutte contre le mal-logement et en faisant applaudir tous les bénévoles et membres de la fondation qui travaillent quotidiennement sur le terrain.

Concert Abbé Road pour l’association Abbé Pierre contre le mal-logement avec Rim’k, Ninho, Vald et Sadek, octobre 2018, La Cigale, Paris.

4 millions de personnes mal-logées en France

Bien avant cette soirée, les membres de l’association ont sillonné les routes des festivals de France tout l’été dans un bus reproduisant un logement insalubre. Une opération de sensibilisation qui s’est poursuivie juste avant le concert.

Concert Abbé Road pour l’association Abbé Pierre contre le mal-logement avec Rim’k, Ninho, Vald et Sadek, octobre 2018, La Cigale, Paris

Le bus, garé devant la salle de La Cigale, a permis aux spectateurs de prendre conscience des condition de vie déplorables des 4 millions de Français selon les chiffres du dernier rapport de la Fondation : « Les jeunes hallucinent lorsqu’ils entrent dans le bus et qu’ils prennent conscience de ce que c’est de vivre dans 5 mètres carré. On a un échange avec eux et on voit qu’il y a chez eux une volonté de refuser cet état de fait de la pauvreté et du mal-logement » explique Christophe Robert. En avril dernier, lors de la présentation de son rapport annuel, la fondation mettait en garde les pouvoirs publics sur l’accroissement du mal-logement chez les jeunes.

La fondation Abbé Pierre a voulu se rapprocher du monde du rap parce qu’il y a un langage qui est à peu près le même que nous, c’est-à-dire qu’il y a un langage de vérité

La programmation entièrement hip-hop n’était pas anodine explique Christophe Robert, puisque Rim’k, qui avait déjà participé à une précédente édition de l’Abbé Road, avait émis le souhait de s’engager pour la cause : « Rim’k avait manifesté l’envie de participer à l’une de ces soirées et de composer un plateau et c’est ce qu’il a fait ! Il est allé dans les lieux où la fondation s’engageait ».

Le parrain de l’Abbé Road s’était rendu la semaine dernière à Gennevilliers pour rencontrer les bénévoles et salariés de la maison de la solidarité qui accueille chaque jour quatre-vingt nouvelles personnes. Pour la fondation Abbé Pierre, les artistes présents ce soir ne pouvait être que les meilleurs ambassadeurs de la cause pour laquelle il se bat : « On a voulu se rapprocher du monde du rap parce qu’il y a un langage qui est à peu près le même que nous, c’est-à-dire qu’il y a un langage de vérité qui relate ce que dise les gens au quotidien : les galères, les joies, les peurs, les discriminations, le racisme. C’est un langage cru parfois mais la pauvreté et le mal-logement sont tout aussi crus ».

Il faut continuer à garder espoir car de nombreuses personnes ont besoin que cette situation change

A la suite de cette soirée, Christophe Robert espère inciter les élus à mener des actions concrètes contre le mal-logement : « On passe beaucoup de temps avec les politiques. Avant le concert, j’étais à l’assemblée nationale sur le projet de loi de finances avec la commission économique. Le dialogue est difficile car on ne s’entend pas sur tout mais il faut continuer à leur faire passer le message ».  L’optimisme lui vient aussi des bénévoles et du public très réceptif lorsqu’il s’est exprimé sur la scène de la Cigale pour rappeler les raisons qui le poussent à continuer le combat : « On peut agir parce qu’on a des donateurs présents. On va continuer le combat politique et la mobilisation des citoyens puis continuer à tendre la main aux plus fragiles. Il faut continuer à garder espoir car de nombreuses personnes ont besoin que cette situation change ». 

Félix MUBENGA

Crédit photo : Elsa GOUDENEGE

Pour en savoir plus : www.fondation-abbe-pierre.fr

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021